COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Médias

Un mois pour proposer une radio francophone



on-air.jpg

La nouvelle radio disposera d'une autorisation d'émission jusqu'au 31 décembre 2025. Renouvelable. (Photo: Licence CC)

L'appel à candidatures pour l'octroi de la fréquence 107,7 FM laissée vacante suite à la fin des émissions de DNR vient d'être publié. Les candidats ont jusqu'au 6 février pour se manifester et soumettre un projet viable, à finalité commerciale et en français.

Comme le laissait entendre ce matin le Wort, le gouvernement via son service Médias et Communications (SMC) était sur le point de finaliser l'appel public de candidatures pour obtenir la permission d'émettre sur le 107,7 FM, fréquence à rayonnement national et laissée vacante depuis la fin d'antenne de la radio DNR l'an dernier.

Le document vient d'être rendu public sur le site internet du SMC.

Les candidats à la création d'une nouvelle radio «à finalité commerciale visant le public résident» (avec pylône situé à Blaschette) ont désormais jusqu'au 6 février prochain à 17 heures pour faire parvenir leur projet aux services du gouvernement. Un délai relativement court mais contrebalancé par le fait que les candidats potentiels se sont probablement d'ores et déjà préparés à l'éventualité d'un dépôt de dossier depuis que l'on sait que les fréquences libres seraient redistribuées.

«La permission est attribuée pour un service nouveau, en langue française, offrant une information générale aussi bien nationale qu'internationale et composé d'éléments de programme de nature culturelle et récréative», soit l'emprunte d'un programme mêlant musique et news, indique le document d'appel à candidatures.

Un business plan à détailler

Les candidats devront être constitués en société commerciale établie au Luxembourg et disposer des «capacités techniques et des moyens humains et financiers nécessaires permettant l'exploitation de la station de radiodiffusion (...)», indique également le cahier des charges.

Les «caractéristiques générales» du service radio, son mode de financement, les prévisions concernant les investissements devront aussi figurer au dossier de candidature, de même qu'une description de l'équipe qui gérera la radio.

Pour un nouvel acteur sur les ondes

Par cet appel à candidatures, le gouvernement souhaite voir apparaître une radio promouvant «le respect du pluralisme dans la présentation de l'actualité et des idées» et rendra sa décision suite à une délibération en conseil, selon les critères suivants:

  • les garanties fournies quant à l'exploitation de l'émetteur dans le strict respect de la licence,
  • l'intérêt du public en matière de qualité et de diversité des services offerts, et en particulier en ce qui concerne la qualité et le pluralisme de l'information,
  • le réalisme du projet en termes économiques.

Quant à l'attribution éventuelle de cette fréquence à un opérateur audiovisuel déjà existant, il semble, selon les indications du SMC, que l'option est de favoriser l'émergence d'un nouvel acteur sur les ondes. Il obtiendra une autorisation renouvelable jusqu'au 31 décembre 2025.

Le réseau 2 en attente

L'Autorité indépendante de l'audiovisuel qui sera consultée pour choisir le nom du candidat final continue par ailleurs ses travaux en collaboration avec l'Institut luxembourgeois de régulation (ILR) afin de donner une seconde vie technique et donc une viabilité économique au réseau 2 composé d'autres fréquences FM elles aussi libres: le 104,2 et 94,3 ainsi que le 103,3 qu'utilisait Radio Ara.

Celle-ci s'est vue récemment attribuée le 102,9 FM précédemment occupée par DNR et qui offre une meilleure qualité de réception.