POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Retard de chantier

Sursis pour les arbres de l’avenue de la Liberté



avenureliberte.jpeg

Les 49 platanes et 23 cerisiers de l’avenue de la Liberté seront remplacés par de nouveaux arbres une fois la réorganisation réalisée. (Photo: Olivier Minaire / archives)

Censés être enlevés dans les jours à venir pour rénover les réseaux souterrains, les platanes et cerisiers de l’axe central de la capitale resteront en place jusqu’à l’automne. La faute à un carnet de commandes trop rempli de la société en charge de cette mission.

Évoqué en quelques mots mercredi matin par Lydie Polfer (DP), bourgmestre de la capitale, le chantier du tram entre la place de l’Étoile et la gare connaît son premier revers. Alors que les travaux préparatoires en vue du déplacement des 49 platanes et des 23 cerisiers répartis le long de l’avenue de la liberté avaient commencé fin mars, leur déplacement vers un autre site planifié dans les jours à venir sera reporté «à l’automne».

Selon Luxtram, ce premier contretemps incombe à «l’impossibilité pour la société suisse qui a remporté l’appel d’offres de respecter les délais en raison d’une forte demande». Indispensable pour la réalisation des travaux de modernisation des conduites d’eau et de gaz, ce transfert des arbres âgés pour «70% d’entre eux de plus de 50 ans alors qu’ils ont une durée de vie limitée» ne devrait «pas avoir de conséquence sur les délais du chantier du tronçon menant à la gare centrale», assure la société gestionnaire du tram. Selon le planning officiel, les rames doivent relier Luxexpo au quartier Gare via le centre-ville au second semestre 2020.

Ce lundi, le détail des prochaines étapes du tram – dont la date de mise en service du tronçon jusqu’à la place de l’Étoile – sera présenté officiellement par François Bausch (Déi Gréng), en présence de la bourgmestre de la capitale et de son échevin à la mobilité, Patrick Goldschmidt (DP). Ce sera notamment l’occasion de présenter le système permettant aux rames de circuler en toute autonomie, sans ligne d’alimentation électrique haute tension jugée disgracieuse pour le centre-ville.