POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Éducation nationale

SchoolLeaks: trois enseignantes à la barre



Les noms des trois enseignantes ont été rendus publics à la publication du rôle des affaires plaidées cette semaine au tribunal d’arrondissement. (Photo: Maison Moderne)

Les noms des trois enseignantes ont été rendus publics à la publication du rôle des affaires plaidées cette semaine au tribunal d’arrondissement. (Photo: Maison Moderne)

Le procès en correctionnelle des enseignants qui avaient divulgué les épreuves communes en juin 2015 s’ouvre mercredi au tribunal d’arrondissement de Luxembourg.

L’affaire avait défrayé la chronique en mars 2015: trois enseignantes du Lycée classique d’Echternach avaient orchestré la fuite des épreuves communes du cycle 4.2., des épreuves décisives pour l’orientation des élèves vers l’enseignement secondaire. Natacha F. et Danielle H., professeures de français, et Tatiana K., professeure d’allemand, sont soupçonnées d’avoir, avec la complicité d’une quatrième personne – époux d’une des enseignantes et homme au foyer, Christian S. –, retranscrit les exercices audio d’écoute et reproduit les questionnaires ainsi que les corrigés. 5.000 élèves avaient dû repasser ces examens après la découverte de la fuite.

Une procédure disciplinaire avait été ouverte et les trois enseignantes de langues ont été suspendues de l’exercice de leurs fonctions, avec six mois de retenue de salaire pour l’une et un mois pour les deux autres. Une quatrième enseignante, pour qui les poursuites ont fait l’objet d’un non-lieu, a été réprimandée. Cette personne ne fait plus partie du procès.

L’incident avait conduit à une refonte en profondeur du système de conservation et de distribution des épreuves, auxquelles les enseignants de cycle 4 n’ont désormais plus accès. Il avait surtout donné lieu à une passe d’armes virulente entre le ministre Claude Meisch et le CSV, le ministre soupçonnant ouvertement les députés Martine Hansen et Félix Eischen d’avoir eu vent des fuites bien avant le ministère et de ne pas les avoir dénoncées.

Le ministère de l’Éducation nationale a porté plainte pour violation du secret professionnel et recel à l’encontre des professeurs. Ils comparaîtront donc mercredi et jeudi devant la XVIIIe chambre du tribunal d’arrondissement de Luxembourg. Deux audiences sont prévues pour cerner les faits et les motivations des prévenus.