POLITIQUE & INSTITUTIONS

Commerce

Schlecker : le Luxembourg pas concerné



Les 28 magasins Schlecker du Luxembourg seraient épargnés. (Photo : schlecker.com)

Les 28 magasins Schlecker du Luxembourg seraient épargnés. (Photo : schlecker.com)

Alors qu’une première réunion aura lieu ce vendredi entre Schlecker et les syndicats luxembourgeois, la société a annoncé officiellement que le réseau de drogueries au Grand-Duché ne sera absolument pas touché par l’insolvabilité de l’entreprise en Allemagne.

Par un communiqué officiel, la société allemande de droguerie Schlecker apporte une bonne nouvelle, a priori, pour le réseau luxembourgeois du groupe, qui couvre 28 magasins dans le pays et emploie quelque 120 personnes. La filiale luxembourgeoise Anton Schlecker GmbH « n'est pas concernée » par la déclaration d’insolvabilité, déposée la semaine dernière par le groupe austro-allemand, en Allemagne. « Les activités à l'étranger de Schlecker fonctionnent de manière autonome et sont rentables. Le Luxembourg n'est donc pas affecté par cette mesure », précise le communiqué, envoyé depuis la base allemande de Ehingen.

« Les mesures de restructuration nécessaires de Schlecker en Allemagne n'ont pu être mises en œuvre dans les délais impartis, d'autant plus que le financement intermédiaire envisagé n'a pu être réalisé. La poursuite de cette restructuration doit désormais se faire dans le cadre d'une procédure d'insolvabilité. Schlecker envisage ce faisant cette procédure d'insolvabilité et le maintien de la société dans son ensemble. Il est actuellement possible d'envisager un accord avec les principaux fournisseurs et la poursuite sans restriction de l'activité. L'annonce en a été faite lors d'une conférence de presse », poursuit le communiqué. Il est précisé que la société Schlecker a engagé depuis mi-2010 une restructuration en profondeur et a déjà mis en œuvre tout un ensemble de mesures. « L'administrateur judiciaire a donné un avis positif sur les capacités futures de la société. »

Une filiale indépendante

La filiale luxembourgeoise Anton Schlecker GmbH est une société indépendante. Succursale d’une société de droit étranger, elle est domiciliée à Troisvierges et a régulièrement déposé tous les documents administratifs et réglementaires devant les instances luxembourgeoises. Le réseau est cependant entièrement géré depuis l’Allemagne, Schlecker n’ayant pas de véritable bureau ou de cadre administratif au Grand-Duché.

Cette filiale indépendante n’est en tout cas pas, affirme le groupe, concernée par la procédure actuellement en cours en Allemagne. « Un accord a été rapidement trouvé avec les principaux fournisseurs, permettant également de garantir l'approvisionnement en marchandises au Luxembourg. L'activité de la société reste donc inchangée. On ne prévoit pas non plus de fermetures importantes de filiales ou de licenciements dus à une baisse d'activité au Luxembourg. Les activités luxembourgeoises se poursuivront de manière autonome et ne seront pas concernées par la procédure allemande », est-il souligné.

Étonnés mais ravis

Au Luxembourg, cette annonce surprend et réjouit à la fois les syndicats. « Nous n’avions pas encore pu avoir de contact officiel, réagit à chaud Aloyse Kapweiler, du LCGB. J’avais pu avoir quelqu’un au téléphone en Allemagne, qui s’était voulue rassurante, par rapport au réseau luxembourgeois de Schlecker. Mais sans plus. Nous avions envoyé une lettre très rapidement, pour demander une réunion d’urgence. Celle-ci a finalement pu être convoquée pour ce vendredi matin, à la CLC, en présence annoncée de dirigeants de Schlecker et des syndicats. Nous espérons que nous obtiendrons toutes les garanties requises, pour confirmer cette bonne nouvelle. »

Le responsable du syndicat chrétien s’étonne quand même d’apprendre l’information par un communiqué de presse. « Tant mieux si l’affaire devient un non-événement pour le Luxembourg. Mais il aurait été plus simple de travailler dans la transparence complète. En tant que syndicat, nous sommes aussi là pour aider une entreprise en difficulté, dans l’intérêt général. Quand tout le monde tire dans le même sens, il est plus facile d’avancer. Nous allons voir maintenant ce qui sortira de la réunion de ce vendredi. Nous voulons être sûrs que le réseau Schlecker poursuivra ses activités sans pertes et qu’il n’arrivera effectivement rien à personne. »