COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
MANAGEMENT

Cindy Arces, deputy managing partner

Passage de relais chez MNKS



cindy3.jpg

Nouvelle deputy manager de MNKS, Cindy Arces entend aider son cabinet à accompagner l'évolution de l’assistance légale. (Photo: Mike Zenari)

Fraîchement nommée deputy managing partner, Cindy Arces accède à une nouvelle étape chez MNKS. Ses missions: préparer le futur du cabinet, cadrer sa croissance et rester leader dans un contexte très concurrentiel.

Trop souvent réduit à un cabinet qui emploie de nombreuses femmes à des postes à responsabilités, MNKS s’est hissé dans le top 5 des plus importants acteurs indépendants sur le marché. Son histoire débute en 2004 par la rencontre de Katia Scheidecker et Marie-Béatrice Noble, alors collègues chez Landwell. Ensemble, elles créent Noble & Scheidecker. Tout s’accélère ensuite au début de la décennie. En 2011, l’appellation MNKS est ainsi adoptée, la même année où la gouvernance est modifiée, Marie-Béatrice Noble devenant alors managing partner. Depuis les débuts, l’équipe a triplé et les pratiques juridiques se sont additionnées. Aujourd’hui, MNKS emploie une soixantaine de collaborateurs, dont 10 associés autour de la managing partner Katia Scheidecker (nommée à ce poste en 2015).

L’année 2016 marque une nouvelle étape, puisque cet été, Cindy Arces, déjà partner depuis 2011, vient d’être choisie pour le poste de deputy managing partner, dans le contexte du départ, pour la fin de l’année, de Mme Noble. Une promotion des plus logiques pour celle qui avait rejoint le cabinet en tant que stagiaire en 2000, dès la fin de ses études de droit à Nancy. Hormis un intermède de quatre ans chez Duro & Lorang, toute sa carrière s’est déroulée au même endroit.

«À l’époque, j’avais été séduite par l’engagement et l’énergie chez MNKS. Une bonne partie de l’équipe dirigeante actuelle était déjà présente», explique Cindy Arces. «Ensuite, envisageant une carrière judiciaire, je me suis intéressée à la gestion des conflits.» Revenue au bercail en 2005, elle contribue à créer un pôle «contentieux» et développe le département Droit social aux côtés de Marielle Stevenot. «Notre arsenal de pratiques juridiques s’est bien étoffé. MNKS est devenu un cabinet full services proche du business de ses clients.»

Nous ne faisons pas de différence entre les avocats et les autres professions.

Cindy Arces, deputy managing partner, MNKS

En 2015, lorsque Katia Scheidecker est nommée managing partner, le conseil de gouvernance, initialement composé des deux fondatrices, s’élargit à trois autres associées: Marielle Stevenot, Cindy Arces et Catherine Baflast. Depuis lors, les décisions stratégiques se prennent à cinq voix. Déjà impliquée dans la gestion du cabinet, pour Cindy Arces, la transition n’en a été que plus douce.

«J’avais une vision globale du cabinet et de son fonctionnement. Je connaissais les priorités et les défis à relever», témoigne-t-elle. Autre élément de structuration de l’organisation: les services de support se sont renforcés. «Nous ne faisons pas de différence entre les avocats et les autres professions. Tout le monde est au service du client et notre succès est collectif. Avoir une équipe de facturation dédiée, par exemple, apporte une vraie valeur ajoutée à nos clients.» Animé par des valeurs d’ouverture et de respect, pour Cindy Arces, c’est l’esprit «MNKS» cher aux fondatrices qui fait la différence sur le marché.

Le cabinet entre à présent dans une phase d’institutionnalisation.

Cindy Arces, deputy managing partner, MNKS

«Le métier d’avocat, en dépit de sa technicité, est fondé sur des relations humaines. À ce titre, nous investissons beaucoup dans la relation client, ce qui nous permet d’être de véritables business partners. C’est ce qui nous rend atypiques.» Si sept associés sur dix sont des femmes, la diversité n’est pas perçue comme une fin en soi, mais comme un atout supplémentaire pour le cabinet, qui compte des Irlandais, Allemands ou Français dans ses équipes... «J’espère que ce n’est pas notre seul élément distinctif! C’est un état de fait chez nous. La diversité se reflète aussi dans l’origine culturelle ou la panoplie d’expertises de nos collègues», souligne Cindy Arces. «Le cabinet entre à présent dans une phase d’institutionnalisation. Nous avons tous les atouts nécessaires pour croître.»

Les clients réclament plus de transparence et des solutions sur mesure.

Cindy Arces, deputy managing partner, MNKS

Doté d’un fort esprit entrepreneurial, MNKS peut répondre aux exigences grandissantes des clients, mais aussi suivre l’évolution du métier d’avocat. «Le terrain de jeu devient de plus en plus multidisciplinaire et transversal. De nombreux dossiers mobilisent désormais plusieurs disciplines juridiques. Le cabinet évolue en ce sens, avec des équipes mixtes et des formations adaptées», note Mme Arces. «L’assistance légale est en pleine évolution. Les clients réclament plus de transparence et des solutions sur mesure. Ce qui nous a permis d’avoir du succès hier n’est pas forcément ce qui nous en donnera demain.»