ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Gouvernance

MNKS: Katia Scheidecker prend la main



scheidecker.jpg

Katia Scheidecker est l'une des cofondatrices du cabinet, créé en 2004. (Photo: Christophe Olinger / archives)

Le cabinet d’avocats renforce son comité de gérance et change de gouvernance, l’une de ses cofondatrices accédant aux fonctions de managing partner, alors que Marie-Béatrice Noble se voit confier de nouvelles responsabilités.

Le cabinet d’avocats MNKS compte une nouvelle managing partner en la personne de Katia Scheidecker, 44 ans, une de ses cofondatrices. Elle succède dans la fonction à Marie-Béatrice Noble, l’autre cofondatrice du cabinet, qui occupait la place depuis 2011, au moment où une nouvelle gouvernance avait été mise en place.

Mme Noble est désormais promue aux fonctions de deputy general manager et prend de nouvelles responsabilités orientées marché, avec «l’ambition de développer un positionnement encore plus ciblé de MNKS sur le marché en intégrant au plus près les attentes des clients dans cette stratégie», indique le communiqué diffusé ce jeudi par MNKS.

En tant que managing partner, Katia Scheidecker est désormais responsable de la définition et de la mise en œuvre de la stratégie du cabinet. Elle continuera également à conseiller ses clients en matière de fusions et acquisitions et de restructurations internationales.

Dans le même temps, le conseil de gérance de MNKS a été élargi à trois autres associées du cabinet: Marielle Stevenot, Catherine Baflast et Cindy Arces, alors que le mois dernier, Joëlle Marsot avait rejoint le cabinet en tant que DRH.

Les femmes majoritaires

Mmes Noble et Scheidecker se sont lancées dans l’aventure entrepreneuriale en 2004, lorsque le cabinet d’avocats dans lequel elles travaillaient fut sur le point de perdre leur associé unique. Leur cabinet compte aujourd’hui 65 collaborateurs (dont 40 avocats et juristes) et s’est développé sur «la volonté de créer un cabinet d’avocats différent des autres», expliquaient-elles en 2008, lorsqu’elles furent finalistes de ce qui s’appelait encore le Dexia Woman Business Award.

Elles s’appuient notamment sur une organisation atypique, dans laquelle les femmes sont majoritaires: elles représentent les deux tiers des effectifs et plus des trois quarts du partnership (sept des neuf associés sont des femmes).