POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Voyage officiel en Chine

Nouveaux contrats logistiques à venir avec Zhengzhou



Pour la cinquième fois depuis son entrée en fonction, François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, se trouve en Chine. Ce voyage devrait aboutir à la signature de plusieurs contrats pour le secteur logistique. (Photo: SIP)

Pour la cinquième fois depuis son entrée en fonction, François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, se trouve en Chine. Ce voyage devrait aboutir à la signature de plusieurs contrats pour le secteur logistique. (Photo: SIP)

François Bausch et Camille Gira, ministre et secrétaire d’État au Développement durable (Déi Gréng), sont en Chine pour conclure une série d’accords logistiques. Une ligne ferroviaire de 11.000 kilomètres et des nouveautés pour Cargolux sont au programme.

C’est pour un voyage déjà effectué à quatre reprises que François Bausch (Déi Gréng) se déplace entre mardi et jeudi dans la province du Henan. Accompagné de son secrétaire d’État, le ministre du Développement durable et des Infrastructures doit officiellement «assister à différentes entrevues avec des responsables politiques et des acteurs économiques à Pékin et à Zhengzhou». Dans les faits, les membres du gouvernement vont signer différents accords en lien direct avec le secteur de la logistique.

Le plus spectaculaire concernera la création d’une ligne ferroviaire directe entre la capitale de la province du Henan et Bettembourg. Soit une liaison de quelque 11.000 kilomètres qui devra traverser pas moins de neuf pays. D’ores et déjà annoncée par la presse officielle chinoise, avant même la signature officielle, la nouvelle liaison devrait voir le jour «dans le courant 2016». Des représentants des CFL, mais aussi de CFL Multimodal, accompagnent ainsi le ministre et le secrétaire d’État afin de finaliser un contrat d’une valeur encore gardée au secret et à l’impact potentiel sur le secteur logistique au Luxembourg conséquent.

Une belle opportunité qui devrait impacter le hub de Bettembourg.

Frédéric de Radigues, directeur général de Munhowen

Alors que les Chinois entendent exporter «des produits textiles, des équipements mécaniques et des appareils électroniques», aucune information sur le type de marchandise en provenance du Grand-Duché en direction de l’Empire du Milieu n’a encore été dévoilée. «Parce que rien n’est encore signé», indique un porte-parole du ministère. Seule certitude, la présence d’ores et déjà effective de plusieurs acteurs luxembourgeois dans la province du Henan, via une plate-forme de commerce. Parmi eux, le groupe Munhowen ou bien encore Luxlait qui pourraient bénéficier d’un transport plus rapide et éventuellement moins cher que celui effectué actuellement par bateau.

«C’est une belle opportunité qui devrait particulièrement impacter le hub de Bettembourg», note Frédéric de Radigues, directeur général de Munhowen. «Mais la carte à jouer tient davantage dans l’aspect européen de Bettembourg, avec la présence sur le site par exemple de Transalliance, qui possède des antennes partout en Europe et qui pourrait faire du hub une plaque tournante vers la Chine, comme le souhaitent les autorités.»

Un autre accord devrait également intervenir entre autorités chinoise et luxembourgeoise au sujet de Cargolux. Selon le planning officiel, François Bausch et Camille Gira rencontreront le vice-ministre chinois des Transports. Au menu des discussions, la question des droits aériens supplémentaires en faveur de la compagnie aérienne luxembourgeoise. Détenteurs de 35% des parts de Cargolux via HNCA, les responsables chinois devraient ainsi valider la hausse du nombre de rotations hebdomadaires entre Zhengzhou et le Findel. À l’heure actuelle, ces rotations sont au nombre de sept.