POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Évaluation des risques

Mieux lutter contre le blanchiment et le terrorisme



shutterstock_1259987419.jpg

L’argent blanchi peut parfois soutenir des activités terroristes. (Photo: Shutterstock)

Le Luxembourg vient de finaliser son évaluation nationale des risques (ENR) en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cela afin de préparer au mieux celle du Gafi, qui aura lieu en 2020/2021.

C’est en 2020 puis 2021 que le Luxembourg sera évalué par le Gafi (Groupe d’action financière), dont il est membre, en ce qui concerne ses outils de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Afin de préparer au mieux cet examen, l’évaluation nationale des risques (ENR) dans ces deux domaines vient de se terminer.

L’exercice a duré deux ans et a associé les ministères compétents, les autorités nationales de surveillance, les organismes de régulation et les associations professionnelles. Ce qui a permis une très large récolte de données, de sources publiques ou privées. Celles-ci ont ensuite été étoffées par des avis d’experts. Les risques engendrés par les menaces que sont le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que les vulnérabilités du secteur, ont donc pu être identifiés.

Deux secteurs à risque très élevé

Les conclusions? «Comme pour tout centre financier international, le blanchiment d’activités criminelles constitue un risque pour le pays. Toutefois, il apparaît que seuls les services de private banking et les fiducies étrangères présentent un risque E très élevé». La majorité des secteurs analysés présentent un risque considéré comme «élevé». Sauf ceux des PSF de support, des activités de jeux d’argent, ainsi que les valeurs immobilières ou encore le secteur des assurances et des marchands de biens, qui présentent un risque «faible».

Le Luxembourg va maintenant se servir de cette première enquête nationale de risque pour mieux définir et orienter son approche de la surveillance fondée sur les risques, déterminer ses priorités, les hiérarchiser et définir des mesures additionnelles. Histoire de réussir haut la main l’examen qui sera orchestré par le Gafi dans quelques mois.