POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Paperjam Top 100 (4/100)

Michèle Detaille



048.jpeg

Michèle Detaille: «Avoir de l'influence, c'est s'intéresser au monde qui entoure l'entreprise, notamment en investissant de son temps dans des associations, des syndicats patronaux.» (Photo: Gaël Lesure)

En deux décennies d’activité, Michèle Detaille a su prouver qu’il était possible de prospérer dans l’industrie au Luxembourg. D’une première partie de sa vie passée en politique, elle a aussi gardé l’envie de faire bouger l’environnement qui entoure ses propres activités.

En 20 ans de présence, Michèle Detaille a pris sa place dans le paysage économique du pays. Ses activités, pourtant, sont en partie liées au hasard. Elles démarrent, fin 1996, par le rachat de la société No-Nail Boxes basée à Ettelbruck et déplacée 10 ans plus tard à Wiltz. «J’ai toujours voulu détenir une PME, même si, quand je faisais de la politique en Belgique, on me conseillait parfois de ne pas trop le dire», se souvient-elle. C’est donc en actionnant son réseau de relations qu’elle a été mise sur le coup de cette société active dans l’emballage industriel. «Elle correspondait à ce que je recherchais, un accord a donc pu être conclu.» Pour le meilleur, de toute évidence.

Originaire des Ardennes belges, Mme Detaille avait sans doute plus de chance de se retrouver au Grand-Duché qu’à Anvers. Mais il a quand même fallu bien manœuvrer la barque. Après des études de sciences politiques à l’UCL (Louvain-la-Neuve) et un passage en cabinets ministériels, elle a le privilège de tenir, à 28 ans, le rôle de plus jeune parlementaire lors de son élection à la Chambre des représentants pour le parti libéral en 1985. À l’époque, elle était déjà bourgmestre de Vaux-sur-Sûre depuis trois ans. Quittant rapidement la politique nationale, elle entre dans le monde des affaires, chez Accor Services Benelux (Ticket Restaurant) en tant que directeur commercial. Toujours cette envie de PME qui la titillait. «Il fallait que j’accumule de l’expérience.»

S’investir dans son environnement

Vient donc, après huit années à ce régime, l’acquisition de sa première entreprise, qui ne sera qu’une étape vers le développement du groupe Alipa. D’une première entité qui comptait 17 personnes pour un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros, elle est passée à un groupe de 130 salariés qui affichera 22 millions de rentrées au compteur à la fin de cet exercice. L’évolution s’est à la fois faite par croissance interne (No-Nail Boxes réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros) et rachats d’autres sociétés. Dans l’emballage industriel (Walupack Services en Belgique – la seule dont elle n’est plus administrateur – et Allpack Services à Wiltz) et le levage, en rachetant les sociétés françaises Codipro et Lifteurop. «Ces deux dernières, nous les avons ramenées au Luxembourg, preuve que nous croyons dans ce pays», signale en passant celle qui est désormais une vraie femme d’affaires. Et la femme la mieux classée dans ce Top 100 depuis sa création.

De manière naturelle, Michèle Detaille aime s’impliquer dans les affaires du milieu dans lequel elle vit. «Un goût qui doit venir de mes années dans la politique, j’ai toujours envie d’améliorer la partie du monde qui m’entoure, ça me fait bouger. Certains sont motivés à l’idée de faire un marathon, moi c’est ça», sourit-elle. Au niveau du Luxembourg, elle occupe notamment, depuis plus de 10 ans, un poste d’administrateur à la Fedil. Un des lieux d’influence au niveau des entreprises où l’on peut échanger les bonnes pratiques et sensibiliser le monde politique aux enjeux du business. Pour elle, être active de cette façon est important. Mais elle admet que tout le monde ne peut pas le faire: «Le premier objectif pour un chef d’entreprise c’est de gagner de l’argent, sinon la société ne vivra pas. Mais une fois que les choses tournent, il peut envisager de s’investir dans d’autres activités.»

En tant que manager, Michèle Detaille se décrit comme quelqu’un d’exigeant, d’impatient – «ça s’arrange avec l’âge» –, mais qui sait déléguer. «J’ai toujours envie que les gens fassent mieux que ce qu’ils font et, s’ils ont envie de progresser, je suis prête à les pousser. Je demande beaucoup aux gens, mais je les aide. Et, puisqu’on me le dit, je le crois, je suis quelqu’un qui fait attention à ses collaborateurs, qui est à l’écoute. Ils sont importants pour moi.»

Pour son entreprise, elle maintient une ambition modérée, vise une « croissance prudente ». L’idée n’est pas de faire «exploser le chiffre d’affaires», mais d’assurer la rentabilité. «Mais l’objectif premier reste de fournir des produits de qualité et les services qui y sont associés», insiste-t-elle. En 2017, l’objectif est de faire évoluer la société vers le monde digital, en prenant soin de maintenir le personnel à niveau. Et, si elle admet souffrir un peu de par ses activités liées à la France où l’économie n’est pas au mieux, elle se montre optimiste pour son pays d’accueil. «Il faut se rappeler qu’il y a quelques années, des prophètes de mauvais augure doutaient de l’avenir du Luxembourg», souligne-t-elle. Sa confiance vient de ce que le pays reste agile et se montre capable de réagir très vite.

«En deux ans, le secteur financier est passé du tout noir au transparent, sans perdre de clients. Quant à la position prudente du gouvernement par rapport au Brexit, c’était selon moi la meilleure à adopter», observe Michèle Detaille, en experte de la chose politique. On ne se refait pas.

L’avis du président du jury

«C’est une cheffe d’entreprise qui est très engagée dans les organes patronaux et qui essaie aussi de faire avancer les choses en matière de cadre réglementaire pour les PME.»

CV express

  • Née le 14 juin 1957 à Bastogne
  • Master en sciences politiques de l’Université catholique de Louvain
  • 1983-2000 Bourgmestre de Vaux-sur-Sûre
  • 1985-1987 Parlementaire fédérale belge
  • 1988-1996 Direction commerciale d’Accor Services Benelux
  • 1996 Administrateur délégué No-Nail Boxes
  • 2004 Administrateur délégué Codipro (groupe Alipa)
  • 2005 Membre du conseil d’administration de la Fedil
  • 2005 Membre du conseil d’administration Université catholique de Louvain
  • 2009 Régent de la Banque nationale de Belgique
  • 2012 Administrateur Luxempart
  • Loisirs: Expositions d’art, concerts, golf, tourisme, whisky

guide.paperjam.lu/michele-detaille