POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Élections au Royaume-Uni

May risque de tomber en juin



La Première ministre Theresa May a perdu son pari et risque de devoir céder sa place au 10 Downing Street. (Photo: Licence C.C)

La Première ministre Theresa May a perdu son pari et risque de devoir céder sa place au 10 Downing Street. (Photo: Licence C.C)

Pari raté pour Theresa May. Les élections législatives qui se sont déroulées ce jeudi au Royaume-Uni fragilisent le parti conservateur, plutôt que de le renforcer, avant les négociations sur le Brexit. Les discussions avec les «27» risquent donc un nouveau report.

Selon les premiers résultats officiels et quasi définitifs, Theresa May, la Première ministre du parti conservateur, a perdu son pari. Plutôt que de sortir renforcé des élections anticipées décidées en avril, son parti a perdu sa majorité absolue au Parlement.

Le parti conservateur aurait obtenu 309 sièges sur les 650 que compte la Chambre des communes. Il remporte donc le scrutin, ce qui était attendu, mais perd la majorité absolue, qui est de 326 sièges. Il en détenait 330 avant les élections.

Le mauvais choix

Il s’agit donc d’une défaite pour Theresa May, qui voulait renforcer sa majorité avant de négocier le Brexit avec ses partenaires européens. Son choix de renvoyer l’électeur dans les bureaux de vote avait été guidé par des sondages favorables au parti au pouvoir.

Mais le parti travailliste de Jeremy Corbyn a mené une campagne intensive qui a payé. Il gagnerait 29 sièges, passant de 229 à 258. Autre explication, le fait que la Grande-Bretagne ait été secouée par trois attentats terroristes au cours des trois derniers mois. Enfin, des thèmes comme la sécurité, la santé et la protection sociale ont alimenté le débat des dernières semaines, en plus du Brexit et de l’immigration.

Bref, pour Theresa May, il s’agit d’un échec politique qui risque de lui coûter son poste de Première ministre.

Former une coalition?

Sans le quota des 326 sièges nécessaires pour gouverner seuls avec une majorité parlementaire qui leur est acquise, les conservateurs n’ont que deux options: former un gouvernement minoritaire ou tenter de former une coalition avec d’autres formations.

Une deuxième option qui demandera du temps, et risque donc de repousser, une fois de plus, les négociations pour la sortie des Britanniques de l’Union européenne, qui devraient débuter ce 19 juin.