POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Vote à la Chambre

Les radars ne flasheront que les excès de vitesse



Les 20 radars fixes qui entreront en fonction en 2016 et les 10 autres prévus en 2017 ne sanctionneront que les excès de vitesse. (Photo: Jessica Theis)

Les 20 radars fixes qui entreront en fonction en 2016 et les 10 autres prévus en 2017 ne sanctionneront que les excès de vitesse. (Photo: Jessica Theis)

En ce dernier jour de phase de test des appareils de contrôle automatisés, les députés vont voter des amendements qui limiteront leur champ d’action par rapport au texte initial. Une décision qui fait suite au retour d’expérience de terrain de la police.

À compter du 16 mars prochain, les 10 radars fixes encore en phase de test et les six radars mobiles entreront réellement en fonction. Comprenez que les automobilistes qui seront flashés devront bel et bien payer leur avertissement taxé et pourront perdre des points sur leur permis de conduire. Mais au vu des six semaines de tests réalisés, des adaptations par rapport au texte initial vont être adoptées ce jeudi en séance publique.

Selon Josée Lorsché (Déi Gréng), présidente de la commission du développement durable contactée par Paperjam.lu, «trois amendements à la loi votée ont été adoptés à l’unanimité en commission afin de faciliter le travail des forces de l’ordre». Parmi les changements prévus et «qui devraient être adoptés également à l’unanimité à la Chambre», selon les vœux de la députée Déi Gréng, la limitation du type d’infractions sanctionnées par les nouveaux radars. Alors que le texte initial prévoyait la possibilité d’enregistrer les automobilistes en train de téléphoner au volant, ceux qui ne porteraient pas de ceinture de sécurité ou encore ceux qui ne respecteraient pas les distances de sécurité, les députés vont réduire le champ d’action aux seuls excès de vitesse.

Des «radars tronçons» et des «radars feux rouges» dès 2018

«Cela répond à la demande de la police qui risque, sinon, de se retrouver submergée par des délits autres que les excès de vitesse, principale cause de mortalité sur les routes», explique Josée Lorsché. Confirmation du côté du ministère du Développement durable et des Infrastructures, qui déplore les informations erronées publiées dans la presse ce jeudi. «Le texte de la loi prévoyait bien le fait de contrôler les distances de sécurité, le non-respect des feux rouges et l’utilisation erronée des voies de bus, mais cela ne concerne pas les 10 radars qui entreront en service le 16 mars, ni ceux qui le seront en avril ou bien les 10 nouveaux radars qui seront installés en 2017 dans des endroits qui nécessitent des contrôles de vitesse», indique Dany Frank, porte-parole du ministère, contactée par Paperjam.lu.

L’élargissement des infractions sanctionnées par les nouveaux appareils automatiques devrait en revanche concerner les futurs «radars tronçons» et les «radars feux rouges», pour lesquels une étude de faisabilité doit être lancée en 2017. Pour une mise en place «dès 2018», selon la porte-parole du ministère.

Ces deux nouveaux types de radars seront, eux, capables de sanctionner le non-respect des distances de sécurité, le fait de «griller» un feu rouge ou bien l’utilisation par un automobiliste d’une voie de circulation inadaptée. Au final, le texte voté par les députés supprime toute référence à la possibilité de sanction, par les radars, de l’utilisation du téléphone au volant et du non-port de la ceinture de sécurité. Deux infractions qui pourront cependant être sanctionnées lors des contrôles effectués par les forces de l’ordre.