POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Transports en commun dans le sud

Le voile se lève un peu autour du «super bus»



1450130243-bhnsb2.png

Le futur réseau BHNS, présenté comme «prioritaire» par le ministère du Développement durable et des Infrastructures, doit permettre de développer l’activité économique des communes du sud du pays. (Photo: Licence C.C.)

Quatre mois après avoir évoqué pour la première fois l’idée d’implantation d’un réseau de «bus à haut niveau de service» dans le sud du pays, le ministère du Développement durable a présenté mercredi soir le concept lors d’une réunion publique.

Alors que Luxembourg-ville et sa périphérie auront leur ligne de tram, le sud du pays bénéficiera d’un réseau de «bus à haut niveau de service» (BHNS). Dévoilée en août dernier par François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, l’idée a été détaillée mercredi soir au cours d’une réunion publique, organisée dans les locaux de l’Uni, à Esch-Belval.

Destiné à soutenir l’essor de la zone comprise entre Dudelange et Rodange via la mise à disposition d’une offre de transports en commun renforcée, le projet consiste en la création d’un réseau multimodal capable d’irriguer efficacement les différentes communes du sud du pays. Sur le principe adopté dans la capitale, le réseau BHNS doit répondre à plusieurs critères afin de soutenir le développement économique des zones desservies: un cadencement élevé, disposer de véhicules à grande capacité et permettre une connexion améliorée avec les réseaux existants.

Bus qui circuleront sur l’A4

Selon les données dévoilées mercredi soir, le futur réseau sera «intégré dans le réseau routier de la même manière qu’un tramway», avec un espace de circulation propre donc, possédera un cadencement fixé à «7,5 minutes en période de pointe» et sera relié «aux réseaux de vélo et du Tice». Concrètement, le projet prévoit la mise en place de deux lignes distinctes. La première, prévue dans un premier temps entre Dudelange et Differdange avant une extension vers Rodange, desservira une vingtaine de stations.

La seconde, reliant le pôle d’échange Raemerich-Belval-Micheville à la Cloche d’Or, permettra de relier le sud du pays à la capitale en empruntant la voie de bus qui doit voir le jour sur l’A4. Soit une liaison de 25km – puis 34km – dans le premier cas et de 17km dans le second.

1 / 3
2 / 3
3 / 3

Selon les estimations du ministère du Développement durable et des Infrastructures, la ligne BHNS entre Dudelange et Differdange devrait permettre de transporter jusqu’à 24.000 voyageurs quotidiennement, contre 27.500 entre Dudelange et Rodange. À titre de comparaison, le tram de Luxembourg sera amené à transporter «plus de 100.000 voyageurs» tous les jours le long des 16km du tracé entre le Findel et la Cloche d’Or. Les futurs véhicules, identiques à ceux déjà en circulation à Metz, Fribourg ou Leeds, circuleront majoritairement sur site propre, ce qui nécessitera d’importants travaux.

En août dernier, le service Mobilité du ministère indiquait que les appels d’offres qui devront être lancés pour la réalisation des toutes ces infrastructures devraient se faire au cours «des cinq prochaines années». Ce qui signifie que la mise en service concrète du réseau ne devrait pas se faire avant l’horizon 2025. Une estimation non confirmée par le ministère, qui indique que «le dossier est prioritaire, mais que la question de l’agenda, tout comme la question du coût ne pourront être évoquées qu’une fois l’avant-projet de loi détaillé finalisé». Une information fournie sans toutefois préciser la date estimée de finalisation de ce document.