POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Note de conjoncture

Le Statec relativise la stagnation du PIB



chantier.jpg

Les premiers indicateurs déjà disponibles pour juin indiquent dans l’ensemble «des résultats satisfaisants». (Photo: DR)

Si la croissance n’a progressé que de 0,1% au cours des trois premiers mois de cette année, contre 1% en moyenne par trimestre l’an dernier, la confiance reste de mise du côté de l’institut statistique qui évoque d’autres signaux et indicateurs bien plus favorables au terme de ce printemps.

Une semaine après avoir fait part – sur base de premières estimations – d’une progression du produit intérieur brut (PIB) en volume de seulement 0,1% au terme des trois premiers mois de cette année (3,3% en comparaison annuelle), le Statec a indiqué ce mercredi dans une nouvelle note de conjoncture que si ces premiers chiffres pour 2017 pouvaient sembler décevants, ils reposaient avant tout sur «une base trop parcellaire pour en dégager un diagnostic bien assuré».

Alors que la progression de ce PIB a été l’an dernier de 1,0% en moyenne par trimestre, cette «contre-performance» observée au cours des trois premiers mois de 2017 est à mettre sur le compte des activités financières, dont la valeur ajoutée en volume a reculé de 7,3% durant la même période, en raison des résultats des banques, dont le Statec s’interroge s’ils tiennent d’un «retournement tendanciel» ou relèvent davantage d’un «trou d’air passager».

En dehors de cela, l’institut statistique – qui veut rester confiant – fait part d’autres éléments de conjoncture plus favorables, à commencer par la bonne tenue des enquêtes d’opinion auprès des entreprises et des ménages au Luxembourg, tenue «dont la volatilité est bien moins forte que celle du PIB trimestriel et qui montre jusqu’en mai un développement favorable», dit le Statec.

L’emploi salarié mieux que l’an dernier

Celui-ci met également en avant des enquêtes de conjoncture bien orientées au niveau européen au cours de ce printemps, laissant présager «un environnement extérieur plus favorable», et de premiers indicateurs déjà disponibles pour juin qui indiquent dans l’ensemble «des résultats satisfaisants».

Auxquels s’ajoutent une bonne performance des marchés boursiers européens et – au niveau national – une bonne tenue des services non financiers (en progression de 2,2% sur un trimestre), des indicateurs de confiance toujours relativement élevés chez les entrepreneurs de l’industrie et de la construction, et des crédits aux entreprises dont la tendance reste toujours favorable.

Quant à la croissance de l’emploi salarié, si elle a légèrement ralenti au premier trimestre, le Statec estime qu’elle devrait atteindre une hausse de 3,3% au terme de cette année, contre 3,0% l’an dernier.