ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Le Conseil d'État rompt avec sa traditionnelle discrétion



Le temps d'un anniversaire, seulement! Pierre Mores a présenté jeudi le programme des festivités organisées à l'occasion du 150e anniversaire de l'institution qu'il préside. L'occasion de lever le voile sur les rouages d'un instrument essentiel à notre système démocratique.

à événement exceptionnel, programme exceptionnel. Bien que traditionnellement peu enclin aux manifestations d'éclat, car se voulant en retrait de l'arène socio-politique, le Conseil d'État fera en fin d'année une petite entorse à ses principes, histoire de célébrer dignement son 150e anniversaire.

Outre leur caractère festif, ces événements seront également l'occasion pour le grand public de découvrir le fonctionnement de cette institution créée par la Constitution de 1856 et qui compte à ce jour 21 membres, nommés par le Grand Duc.
Son rôle principal consiste à vérifier la conformité d'un texte législatif (projet ou proposition de loi ainsi que leurs amendements) à la Constitution luxembourgeoise, aux conventions et traités internationaux ainsi qu'aux principes généraux du droit. Il émet des avis censés guider le législateur dans son action - même si, dans la pratique, le gouvernement et la Chambre des députés n'en tiennent pas toujours compte et ne cachent pas, à l'occasion, leur agacement devant certains avis "critiques" de la haute institution.

Mais jeudi, lors de la présentation du programme des festivités anniversaires, l'heure n'était pas à la polémique et Pierre Mores a tenu à souligner, devant la presse, "le bon dialogue entre Conseil d'État, Parlement et gouvernement". Il a ensuite présenté la liste des événements prévus et articulés autour de la date-clé du 27 novembre 2006, lorsqu'aura lieu l'inauguration du bâtiment agrandi et rénové de la rue Sigefroi. à cette occasion, un récital de l'organiste Paul Kayser aura lieu vis-à-vis de l'édifice, à l'église Saint-Michel.

Morceaux choisis

Mais le public sera invité à célébrer ce cent cinquantenaire dès le début de l'automne, puisqu'une monnaie spéciale va être créée par la Banque centrale du Luxembourg et qu'un timbre-poste évoquant l'événement sera émis dès le 26 septembre 2006. Mais ce n'est qu'en fin d'année que le public pourra visiter le bâtiment rénové, à l'occasion d'une journée portes ouvertes le 3 décembre.

L'anniversaire sera également prétexte à une plongée dans l'histoire, avec, d'une part, une exposition au Musée d'histoire de la Ville (du 22 septembre 2006 au 21 janvier 2007) et, d'autre part, la publication de deux ouvrages consacrée aux travaux du Conseil d'État et, partant, à l'apport de la haute institution à l'édification du pays. Le premier aura une teneur juridique et abordera essentiellement des aspects de droit constitutionnel. Le second retracera "Quelques étapes marquantes de la vie économique, sociale et politique du pays vues à travers les avis du Conseil d'État". Ce dernier devrait constituer une mine d'informations pour qui s"intéresse à l'histoire du Luxembourg.

Une petite mise en appétit? "Émigration: une vue de 1869", "La législation sur la liberté d'expression dans les médias", "Les vicissitudes de la législation sur l'exercice de l'art de guérir", "La liberté d'entreprendre dans l'artisanat et le commerce" ou encore... "Tourner en rond ou avancer en spirale: la loi sur le budget des recettes et dépenses de l'État, 60 ans d'avis du Conseil d'État". Certainement de vrais délices...