POLITIQUE & INSTITUTIONS

Adem

Le chômage de longue durée dans le viseur



Le ministre du Travail, Nicolas Schmit, et la directrice de l’Adem, Isabelle Schlesser, comptent désormais s’attaquer à la problématique du chômage de longue durée. (Photo: Thierry Frisch)

Le ministre du Travail, Nicolas Schmit, et la directrice de l’Adem, Isabelle Schlesser, comptent désormais s’attaquer à la problématique du chômage de longue durée. (Photo: Thierry Frisch)

Le partenariat qui lie l’Agence pour le développement de l’emploi (Adem) aux employeurs s’avère payant sur le front du chômage. À l’exception de celui de longue durée qui touche 46% des demandeurs d’emploi. Pour y remédier, le ministre du Travail, Nicolas Schmit, annonce un projet pilote qui sera bientôt lancé dans le sud du pays.

L’Agence pour le développement de l’emploi (Adem) a présenté ce jeudi son rapport d’activité 2016, une année marquée à la fois par une progression de 3,3% de l’emploi salarié et un recul de 4,6% du nombre de demandeurs d’emploi au Luxembourg.

Parmi ceux-ci, les demandeurs d’emploi de moins de 30 ans ont largement profité de cette embellie, puisque leur nombre affiche quant à lui un recul de 14%.

La directrice de l’Adem, Isabelle Schlesser, s’est félicitée de ces bons résultats en indiquant que la baisse actuelle du nombre de chômeurs recensés, en comparaison annuelle, est aujourd’hui discontinue depuis 27 mois.

«Et», a-t-elle rappelé, «le chômage a baissé en mars dernier à un niveau qui n’avait plus été atteint depuis plusieurs années, affichant un taux de 6,0%».

Formation et apprentissage à la hausse

Si ce taux résulte d’une conjoncture favorable, il est aussi le fruit du travail de l’Adem à travers ses programmes et ses outils.

Mais également à travers ses formations toujours plus diversifiées et nombreuses. L’an dernier, 4.200 demandeurs d’emploi ont participé à ces formations, un chiffre en hausse de plus de 50% par rapport à 2015. Soit une courbe ascendante qui vaut aussi en ce qui concerne l’apprentissage.

La participation toujours plus importante des entreprises dans la lutte contre le chômage est aussi une explication aux bons résultats qui sanctionnent cette année 2016, lors de laquelle les employeurs ont déclaré à l’Adem pas moins de 33.500 postes vacants, soit 23% de plus qu’en 2015.

Un partenariat concluant

Sur ce point, Gaby Wagner, directrice adjointe de l’Agence, a encore ajouté que les activités et les démarches réalisées auprès des entreprises par le Service employeurs de l’Adem avaient aussi porté leurs fruits. Elle a ainsi avancé le chiffre de 146 ateliers de recrutement auxquels ont participé 3.600 demandeurs d’emploi pour permettre aux entreprises de faciliter leurs embauches grâce à une présélection effectuée par les conseillers de l’Adem.

Du côté des employeurs toujours – très largement satisfaits de leurs relations avec l’Adem selon une enquête menée par le Liser –, leur mise en relation avec des demandeurs d’emploi via la plateforme JobBoard s’avère elle aussi être payante.

Lancée au printemps dernier, JobBoard leur permet de consulter les profils des personnes inscrites à l’Adem, tandis que ces dernières peuvent, au même endroit, consulter les propositions d’emploi qu’y déposent les entreprises.

Résultat: entre mars et décembre 2016, 8.500 mises en contact ont été générées par la plateforme à l’initiative des employeurs et 25.000 à l’initiative des demandeurs d’emploi, validées par l’Adem.

Stratégie digitale

Selon Ian Tewes, directeur adjoint de l’Adem en charge des services internes, «ce premier test d’acceptance des outils digitaux est un succès» dans la stratégie digitale de l’Adem, qui vise à proposer à ses clients une interaction facile et rapide, lui permettant à elle de gagner en rapidité également, en efficience et en améliorant la qualité de ses données.

Réagissant à cette présentation, et à ces bons résultats enregistrés l’an dernier, le ministre du Travail Nicolas Schmit a tenu à saluer l’efficacité de l’ensemble des équipes et de l’Adem qui, depuis sa réforme il y a quatre ans, est devenue «un service public dynamique à l’écoute de ses clients».

Mais il a aussi regretté que ce travail ne soit pas encore parvenu à enrayer les statistiques en matière de chômage de longue durée, qui touche encore aujourd’hui 46% des demandeurs d’emploi.

À ce sujet, il a annoncé – sans davantage de précisions – la prochaine mise en place d’un projet pilote visant à contrer ce phénomène qui unira – dans le sud du pays – l’Adem aux communes regroupées au sein du syndicat intercommunal ProSud.