ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Cryptomonnaies

La blockchain au cœur des applications métiers



adobestock_193545416_cadobestockdenisismagilov.jpeg

La blockchain continue de s’étendre dans le monde professionnel. (Photo: AdobeStock / denisismagilov)

Comme le cloud et le big data en leur temps, la blockchain agite les passions, suscite des débats, soulève des interrogations. Si elle affole autant les esprits, c’est que chacun en pressent le potentiel, sans toujours parvenir à imaginer des usages concrets.

Entre espoirs et fantasmes, la blockchain s’accompagne d’un halo de mystère. Il faut se souvenir que le concept est issu de l’univers fantasmé des cryptomonnaies. Cette technologie de stockage et de transmission de données présente la particularité d’être totalement sécurisée et dénuée de système central de contrôle. En clair, lorsque des données passent d’un maillon à l’autre de la chaîne, la transaction est enregistrée dans un historique et horodatée pour permettre un suivi, un contrôle et une transparence totale.

Les informations sont stockées et partagées entre les différents intervenants sans intermédiaire. Chacun peut ainsi à tout moment vérifier la validité de la chaîne. C’est en 2008 qu’est née la première blockchain, à la faveur de l’émergence du bitcoin, la star des monnaies virtuelles. La sécurité apportée par la technologie a rapidement séduit le secteur bancaire qui a vu la possibilité de garantir l’intégrité des transactions et de la chaîne des données. De nombreux domaines d’activité développent à leur tour des solutions fondées sur la blockchain.

Les start-up s’emparent de la blockchain

C’est le cas de la logistique où la blockchain s’impose comme un moyen de garantir la traçabilité des colis, mais aussi de s’assurer à chaque étape de l’acheminement que les données ne sont pas modifiées ni falsifiées. De nombreux usages restent à inventer. Comme l’explique Denis Avrilionis, fondateur de Compellio, «il est impératif que tous les acteurs du monde professionnel – start-up, grandes entreprises, universités – collaborent afin de maintenir le niveau compétitif de l’Europe dans cette technologie».  

La blockchain bouleverse en effet sensiblement les règles du jeu. «Cette technologie affecte directement les grandes entreprises du secteur informatique (IBM, Oracle, Microsoft…). La blockchain, dans son esprit originel, rendait obsolète toute infrastructure dédiée et menaçait donc une partie des profits de ces acteurs.» De nouvelles solutions ont émergé avec des blockchains privées ou des blockchains gérées par des consortiums.

Les clients peuvent aujourd’hui collaborer directement avec des start-up qui proposent des solutions blockchain très performantes.

Denis Avrilionis, fondateur de Compellio

Si les géants des NTIC y trouvent leur compte, le secteur voit aussi émerger des challengers. «Les clients peuvent aujourd’hui collaborer directement avec des start-up qui proposent des solutions blockchain très performantes, à bas coût et avec un grand potentiel de personnalisation», confie Denis Avrilionis, dont la solution a d’ailleurs été choisie par la Cour des comptes européenne. 

À mesure que la maturité de l’écosystème blockchain se développe, de nouveaux usages émergent et débordent du cadre des échanges commerciaux. Sociologues et politiques voient dans ces outils de sécurité distribuée le terreau favorable à l’émergence d’une démocratie participative plus dynamique, basée sur la consultation directe et systématique des citoyens pour valider les décisions au sein de la cité ou de l’entreprise.