ENTREPRISES & STRATÉGIES
ARTISANAT

Prix de l'innovation dans l'artisanat 2017

«Innover est un principe de base incontournable»



2017_01_25-10x6-entrepreneurs-en-serie-51_1024.jpg

S’entourer des meilleurs et s’appuyer sur des équipes solides et fiables est une condition essentielle pour mieux appréhender l’innovation, selon Frank Steffen. (Photo: Maison Moderne / Archives )

L’innovation dans l’artisanat peut prendre des formes très différentes. À l’occasion de la 5e édition du Prix de l’innovation de la Chambre des métiers, qui comptera cette année cinq catégories différentes, Paperjam a interviewé le traiteur Frank Steffen, récompensé en 2010 pour une campagne marketing.

Monsieur Steffen, lorsqu’on parle d’innovation, on pense d’abord à la création d’un nouveau produit. Existe-t-il d’autres manières d’innover dans le secteur de l’artisanat?

«En 1989, quand j’ai créé mon entreprise, j’étais seul à bord. Je devais me débrouiller au mieux pour tout gérer. Très vite, j’ai pris goût à l’innovation, que ce soit dans la recherche de produits exceptionnels ou dans la manière d’établir les processus de production, mais aussi en m’entourant de personnes compétentes et créatives dans leur domaine pour, justement, trouver les solutions adéquates.

Innovation rime également avec proximité avec nos clients, car leurs besoins peuvent être déclencheurs de nouvelles initiatives auxquelles nous n’aurions pas pensé.

Production, logistique, gestion, marketing: l’innovation peut exister de partout.

Frank Steffen, fondateur du groupe Steffen

Innover dans le secteur de l’artisanat est un principe de base incontournable si l’on veut pérenniser son entreprise. C’est aussi être capable d’accepter le changement, en faire un atout majeur, le suivre et idéalement le devancer.

À mon avis, toutes les bonnes idées sont à prendre en considération, que ce soit au niveau de la production, de la logistique, de la gestion, du marketing, de l’encadrement du personnel ou de la partie commerciale.

Comment peut-on innover dans le marketing quand on est artisan-traiteur?

«En tant qu’artisan-traiteur, j’ai pensé pendant longtemps qu’il était plus rentable et plus facile de sous-traiter l’aspect marketing de notre entreprise, persuadé que chacun doit se limiter à son métier. Et la plupart des PME agissent de cette manière.

Mais ma vision des choses s’est vraiment transformée en 2014. Mon fils Tom et moi-même avons voulu innover dans un domaine qui était loin d’être le nôtre, car nous étions de plus en plus convaincus de la nécessité de mettre en place un petit département de communication interne, capable de nous seconder.

Cette innovation a permis de capter en profondeur l’ADN de notre entreprise.

Frank Steffen, fondateur du groupe Steffen

D’une part pour gérer nos différentes marques, que ce soit pour leur stratégie marketing, leur développement digital, les achats médias, etc. Et d’autre part, pour mettre en place des outils de communication interne qui améliorent l’échange entre nos employés.

Très vite, cette innovation s’est révélée extrêmement positive car cette division interne a compris ce qui se vivait dans chaque département et a capté en profondeur l’ADN de l’entreprise.

Elle vous a également permis de remporter le prix de bronze de l’innovation de la Chambre des métiers en 2010…

«Oui. À cette époque, la crise battait son plein en Europe. Pour y faire face, nous voulions témoigner notre attachement à notre pays et à ses traditions en créant notre ‘Luxembourg Food Collection’. Ce fut effectivement bénéfique pour notre entreprise en matière de chiffre d’affaires, car les médias ont beaucoup parlé de notre groupe.

Forts de cette belle expérience, nous avons présenté en avril dernier une nouvelle collection culinaire baptisée ‘Roots’, beaucoup plus étoffée que la précédente. Et grâce à son concept très complet et au marketing promotionnel qui lui a été dédié, les commandes de cette gamme sont vraiment très importantes.

Quel conseil donneriez-vous aux artisans qui cherchent à innover sans trop savoir par où commencer?

«Oser prendre des risques et chercher à les gérer au mieux. Dans les métiers de bouche, nous sommes quelquefois confrontés à des crises alimentaires internationales. C’est pourquoi je conseille d’éviter de travailler sur un seul segment, mais plutôt de chercher à se diversifier afin de ne pas être vulnérable.

Il est évident qu’il faut travailler encore plus, mais en anticipant une solution pour répondre à des risques hypothétiques, on peut aborder le long terme de manière plus paisible.

Je conseillerais aussi de chercher à s’entourer des meilleurs et de s’appuyer sur des équipes solides et fiables. Enfin, si vous cherchez à être précurseur pour optimiser votre croissance, les talents que vous souhaitez garder voient les perspectives qui s’offrent à eux, se passionnent davantage pour leur mission et restent dans l’entreprise.»

Le Prix 2017 de l’innovation dans l’artisanat, rebaptisé «The hands of innovation», se déclinera cette année en cinq catégories: Produit, service ou design; Système ou processus de production; Stratégie d’internationalisation et d’export; Gestion, organisation et management; Marketing et communication. La date limite de dépôt des candidatures est le 1er août et la remise des prix aura lieu le 23 novembre.