COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
EXPERTISES

EXPERTISES - LEARNING DESIGNED FOR YOU

Formation métier et soft skills: faut-il choisir?



native-pwc-academy_630x420.png

La plupart des catalogues d’offreurs de formation présentent leurs cours selon deux grandes catégories: les formations techniques et les formations comportementales. Et si, au lieu de les distinguer, la clé d’une formation réussie résidait justement dans l’association des deux?

Pourquoi former son personnel? Pour acquérir ou maintenir de nouvelles connaissances? Pour ne pas se laisser dépasser par la concurrence? Sans doute un peu pour ces deux raisons. Mais l’un des enjeux principaux est de permettre à l’organisation d’atteindre les objectifs stratégiques fixés par la direction. Une fois le postulat établi que la formation est un des outils de déploiement stratégique, vient le choix du programme à mettre en place. Une réglementation change, un nouveau standard apparaît, une méthode est à revoir: on s’oriente vers une formation technique. Suspicion d’inefficacité du travail en équipe, de stress, de réunions pas très productives? Tournons-nous vers un catalogue de formations comportementales.

«Déterminantes pour désamorcer les problèmes relationnels dans l’entreprise, les formations comportementales favorisent le bien-être des collaborateurs. Bien-être et productivité étant liés, ces soft skills intéressent directement les entreprises.»

Dans son rapport «Soft skills for the Future» (2016), l’OCDE souligne l’importance de lier ces deux types de formations. La frontière entre «technique» et «soft» a tendance ces dernières années à s’effacer. 

«Et c’est tant mieux, analyse Nicolas Lefèvre, associé en charge de PwC’s Academy. Car on se rend bien compte que l’un ne va pas sans l’autre. Pour pouvoir utiliser les nouvelles connaissances techniques acquises en formation, chacun de nous a besoin de compétences comportementales pour bien le faire, que ce soit en matière de communication, de management, ou parfois même de gestion du stress.»

Carole Houpert-Sieger, directrice au sein de PwC’s Academy, utilise une image très… pédagogique pour illustrer ses propos.

«Pour bien faire tourner le moteur d’une équipe, chaque membre agit comme un engrenage, qu’il faut consolider régulièrement avec les formations. Et pour que tous ces engrenages qui constituent l’équipe tournent harmonieusement, il faut ajouter quelques gouttes d’huile pour faciliter leur usage et permettre les échanges. Et il leur en faut suffisamment. Cette huile, ce sont les formations comportementales.»

L’idéal est donc de combiner un savoir-faire fort à un savoir-être efficace. L’association des deux contribue à donner des résultats dont les effets sont très rapidement mesurables sur le terrain. À ce titre, les récentes obligations imposées par la circulaire CSSF 17/665 sont une belle illustration. Suivre ces recommandations à la lettre en se focalisant uniquement sur les compétences techniques en est le minimum requis. Mais cette circulaire offre une réelle opportunité d’aller encore plus loin dans le développement des équipes et les atteintes des objectifs stratégiques de chaque société. «Que chaque banquier soit formé sur l’ensemble des axes techniques est une bonne chose, explique Carole Houpert. Mais ce moment de formation obligatoire est une belle opportunité pour fournir à ces banquiers des compétences supplémentaires en techniques de négociations, prise de parole convaincante…»

Par ce mix de formations techniques et soft, on s’attache également à l’esprit de départ de MiFID II, dont l’objectif ultime est la protection des investisseurs. Nicolas Lefèvre analyse:

«Cette circulaire CSSF, et les propositions de formations qui l’accompagnent, suit cette même philosophie en incitant les banquiers à être mieux équipés pour proposer, expliciter et mieux placer leurs produits, et cela dans l’intérêt de toutes les parties.»


Autre contexte, autre exemple. Un client demande une formation purement technique sur la défense des marges de sa structure. Il est vite apparu que, pour que cette compétence soit acquise et utilisée par les participants, il fallait la compléter par d’autres compétences, plus comportementales. Une formation sur les techniques de négociations a donc été ajoutée. Duo gagnant!

Pour bien performer dans son métier, pour rester alerte face aux nouveautés et aux changements, les formations centrées sur l’acquisition de compétences restent indispensables. Mais pour utiliser au mieux ces connaissances, les mettre en pratique rapidement grâce aux techniques et outils développés dans des soft skills est un must. Pour pouvoir décoller, la navette spatiale et ses technologies embarquées ont toujours eu besoin de leurs boosters. Sans cela, elle n’aurait pas volé très haut, mais ses instruments de bord auraient tout de même bien fonctionné…

Retrouvez l’intégralité de Learning designed for you