POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Polémique

Enrico Lunghi quitte le Mudam et porte plainte



unknown.jpeg

Enrico Lunghi a-t-il préféré partir de lui-même? (Photo: Olivier Minaire / archives)

Le directeur général du Mudam, Enrico Lunghi, a présenté sa démission. Il est toujours visé par une enquête disciplinaire à la suite d’une altercation avec une collaboratrice de RTL. Il envisage de porter plainte pour diffamation dans ce contexte.

Enrico Lunghi a présenté le 28 octobre sa démission en tant que directeur du Mudam, a relaté ce vendredi la radio 100,7. Une information confirmée par l’intéressé à Paperjam.lu.

Aucune raison n’a été invoquée par rapport à cette décision, mais le responsable du musée d’art contemporain de Luxembourg, en poste depuis janvier 2009, était sur la sellette depuis la mi-septembre suite à une altercation avec une collaboratrice de RTL.

Empoignant le bras de Sophie Schram suite à une question qui ne lui avait pas plu, celle-ci l’avait accusé de «coups et blessures volontaires». Le directeur avait finalement présenté des excuses. Suite à ses explicitations, son conseil d’administration l’avait reconduit alors que, dans un premier temps, il avait qualifié son attitude de «déplacée».

Mais l’affaire était remontée jusque Xavier Bettel, Premier ministre et également ministre de la Culture. Le 4 octobre, il a ordonné une enquête disciplinaire contre Lunghi. Joint par Paperjam.lu ce week-end, le cabinet de Xavier Bettel n’a pas souhaité réagir à ce stade, attendant la notification officielle de la démission d’Enrico Lunghi.

De 1996 à 2008, avant de rejoindre le Mudam, Enrico Lunghi avait dirigé le Casino – Forum d’art contemporain. Il a aussi été superviseur de «Luxembourg ville européenne de la culture», en 1995.

Mise à jour lundi 7 novembre

D’après nos confrères du Wort qui ont pu se procurer un document, le directeur du Mudam en partance va porter plainte pour diffamation suite au reportage diffusé le 3 octobre dernier sur RTL, reportage dans lequel Enrico Lunghi apparaissait avec un geste d’énervement envers le micro de la collaboratrice de RTL, Sophie Schram. Celle-ci avait déclaré avoir subi une blessure suite à ce geste.

La méthode du reportage et la nature du geste sont contestées dans le document, Enrico Lunghi précisant que son geste était destiné à rabattre le micro qui lui était tendu plutôt qu’à blesser la collaboratrice de RTL. Nos confrères indiquent également qu’Enrico Lunghi a demandé à réintégrer le service public dont il avait été mis en disponibilité, avec une préférence pour un domaine ayant trait à la recherche ou à l’enseignement contemporain.