LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Ouverture du festival

Du cinéma à profusion au LuxFilmFest



Le visuel de l’affiche du Luxembourg City Film Festival 2019 nous promet un programme plein d’humour et haut en couleur. (Photo: Marion Gambin / Studio Michel Welfringer)

Le visuel de l’affiche du Luxembourg City Film Festival 2019 nous promet un programme plein d’humour et haut en couleur. (Photo: Marion Gambin / Studio Michel Welfringer)

La programmation de la neuvième édition du Luxembourg City Film Festival a été dévoilée. Elle se distingue par de nombreuses exclusivités, un grand nombre d’avant-premières luxembourgeoises et une multitude d’événements pour découvrir le cinéma sous toutes ses facettes.

Créé en 2010, le Luxembourg City Film Festival gagne chaque année en densité et diversité. Pour cette neuvième édition, qui se déroule du 7 au 17 mars, le public pourra profiter d’une nouveauté: l’introduction de séances tout au long de la journée, offrant ainsi plus d’opportunités de voir les films.

Mais il faudra aussi réserver de nombreux créneaux pour ne pas rater les expositions, ateliers, rencontres et autres moments de découverte qui sont organisés tout au long du festival, qui se positionne de plus en plus comme une plate-forme permettant de belles collaborations. Au total, ce sont 97 films et 225 événements qui sont organisés!

Un festival devenu incontournable

Car, il est vrai qu’en presque 10 ans, le Luxembourg City Film Festival a su trouver son public (30.500 visiteurs en 2018) et sensibiliser un grand nombre de personnes à l’éducation à l’image. «Je me réjouis que le Festival devienne une institution à Luxembourg. Chaque année, la fréquentation du public augmente, tout comme les collaborations culturelles. C’est un moment important pour le secteur du cinéma, qui est en plein essor, mais aussi pour le grand public, en particulier pour les scolaires, dont on peut déjà compter plus de 6.000 inscriptions pour cette programmation 2019», a précisé la ministre de la Culture, Sam Tanson.

Même son de cloche pour la bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, qui a affirmé que «le Festival est devenu un élément fédérateur pour la Ville de Luxembourg, avec une programmation qui reflète bien le caractère multiculturel et diversifié de la ville, sans oublier la joie de vivre, à l’image de l’affiche du festival de cette année».

Les incontournables sur l’écran

Cette année, le comité artistique a sélectionné presque une centaine de films. «Parmi le foisonnement de films qui nous ont été soumis, nous avons remarqué beaucoup d’œuvres luxembourgeoises et d’Amérique latine», a précisé Boyd van Hoeij, membre du comité artistique. «Il y a aussi beaucoup de films avec de l’humour, de l’absurde, comme une réponse pour affronter notre monde complexe. Plusieurs films de jeunes réalisateurs seront aussi projetés, ainsi que plusieurs projets de femmes fortes, avec pas moins de cinq films réalisés par des femmes sur les 10 sélectionnés pour la compétition officielle.»

Parmi ce foisonnement, il en ressort quelques incontournables, dont «Gloria Bell» (7 et 8 mars), un remake de «Gloria» par Sebastián Lelio, qui met en scène une quinquagénaire (Julianne Moore) qui, en quête d’un second souffle amoureux, va rencontrer Arnold (John Turturro). Lors de la soirée de remise des prix, le 16 mars, «Tel Aviv on Fire» de Sameh Zoabi, une coproduction luxembourgeoise, qui bénéficie de très bons échos, est présentée en avant-première. L’histoire raconte les tribulations d’un vrai-faux scénariste de soap opera pris entre deux feux dans le conflit israélo-palestinien.

Le lendemain, pour la clôture, c’est la nouvelle folie d’Harmony Korine, «The Beach Bum», qui sera projetée. «Le coup de l’année, car nous avons le film en première internationale», a déclaré fièrement Alexis Juncosa, directeur artistique du Festival. Ce film raconte l’histoire d’un écrivain fantasque et joyeux dont la passion pour la drogue, l’alcool et les filles n’a d’égale que la faculté de s’entourer de personnages surprenants (Snoop Dogg, Isla Fisher, Zac Efron…).

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Autres petits bijoux à ne pas rater: «Ce magnifique gâteau!», un film d’animation pour adultes qui sera projeté dans une séance couplée avec «Seder-Masochism», «un film qui vous fera danser sur votre fauteuil», a promis Alexis Juncosa. Pour les films luxembourgeois, sont à noter: «Funan» de Denis Do, «Invisible Sue» de Markus Dietrich (programmation jeune public), «California Dreaming» de Fabrizio Maltese, ou encore «Péitruss» de Max Jacoby.

Ce à quoi il faut bien entendu ajouter les 10 films présentés en sélection officielle et les six documentaires qui se disputeront le Prix du documentaire et la sélection officielle hors compétition, avec notamment «In Fabric» de Peter Strickland et «Vox Lux» au casting spectaculaire (Natalie Portman, Jude Law, Raffey Cassidy, Stacy Martin et Jennifer Jason Leigh).

1 / 13
2 / 13
3 / 13
4 / 13
5 / 13
6 / 13
7 / 13
8 / 13
9 / 13
10 / 13
11 / 13
12 / 13
13 / 13

Plus de 225 événements

En parallèle de toutes ces projections, il y a un nombre conséquent d’événements, collaborations, workshops, master class, expositions, qui sont organisés et dont il serait impossible de faire la présentation exhaustive. Avec l’aide du Film Fund et de Digital Luxembourg, le Casino Luxembourg, qui est le QG du Festival, accueille 10 événements dédiés à la réalité virtuelle, dont deux sont des coproductions luxembourgeoises. Mais il y a aussi des projections à Neimënster, au Mudam, au Cercle Cité, des master class avec le réalisateur Abderrahmane Sissako et le chef opérateur Darius Khondji, sans oublier des rencontres professionnelles (EAE/Europa International), des ateliers pour tous les âges et des fêtes.

Luxembourg City Film Festival, du 7 au 17 mars.

7€ la séance, 30€ le pass

Toute la programmation sur www.luxfilmfest.lu

Billetterie sur www.luxembourg-ticket.lu