POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Formation d’un gouvernement

Crise politique majeure en Italie



sergio_mattarella.jpg

Le président italien dit assumer son rôle de garant des institutions. (Photo: Licence C.C.)

La troisième économie de la zone euro est dans l’impasse politique. Le gouvernement émanant des courants populistes ne peut être formé suite au veto opposé par le président italien. De nouvelles élections devraient être organisées.

Giuseppe Conte a déclaré dimanche soir renoncer à sa mission de formateur de gouvernement. Cette décision fait suite à une entrevue ayant eu lieu dimanche à 19 heures avec le président italien Sergio Mattarella.

Ce dernier a refusé de nommer le ministre des Finances choisi par les populistes, l’économiste Paolo Savona. Son hostilité connue et déclarée pour l’euro et pour les institutions européennes aurait joué dans la décision prise par le président, qui a indiqué à la télévision dimanche soir avoir pris ses responsabilités de garant de l’État. 

M. Conte a, quant à lui, officialisé la fin de sa mission devant les médias dimanche soir. Il avait été choisi par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue pour former un gouvernement de tendance populiste suite aux élections législatives.

Marchés inquiets

Faute de pouvoir aboutir, le chef de l’État italien a convoqué ce lundi Carlo Cottarelli, économiste et ancien fonctionnaire du FMI. Il devrait former un gouvernement technique et préparer les nouvelles élections législatives. 

Les deux partis qui prétendaient au pouvoir sont vent debout et les marchés montrent leur inquiétude face à cette crise politique d’ampleur en Italie.

L’agence de notation Moody’s avait déjà placé vendredi la note à long terme Baa2 de l’Italie sous surveillance avec implication négative pour un pays qui doit poursuivre les efforts budgétaires.