POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Jean Asselborn

«Cet accord sur le Brexit est le meilleur possible»



704e2369-2773-4416-d83b-41bedba402c5_thumbnail_82_2509704.jpg

Comme Jean Asselborn, l’ensemble des ministres des Affaires étrangères des 27 ont validé l’accord conclu la semaine dernière. Mardi, ce devrait être le tour des eurodéputés. (Photo: Union européenne)

Présent lundi à Bruxelles pour préparer le Conseil européen du 25 novembre prochain destiné à valider le texte conclu entre Britanniques et Européens, le ministre des Affaires étrangères estime qu’«un accord vaut mieux que pas d’accord du tout».

«Theresa May mérite d’être félicitée, car si l’absence d’accord est meilleure qu’un mauvais accord, un accord vaut mieux que pas d’accord du tout.»

Interrogé lundi matin à son arrivée à la réunion des ministres des Affaires étrangères des 27, Jean Asselborn (LSAP) a ouvertement soutenu le texte conclu la semaine dernière entre négociateurs britanniques et européens. Déjà validé par le gouvernement britannique, le document devrait l’être par l’ensemble des États membres le dimanche 25 novembre, date du conseil européen dédié au Brexit.

«Nous arrivons au point culminant. Notre ami Boris Johnson a dit que la Grande-Bretagne quittait l’UE mais pas l’Europe. C’est le moment de montrer également aux partisans de la ligne dure du Brexit si c’est vrai», lance-t-il face aux caméras qui l’attendaient à son arrivée. Présenté comme «le meilleur possible» dans un contexte de «Brexit fou», le document en cours d’analyse côté européen irait «dans l’intérêt aussi bien des Britanniques que des Européens». Raison pour laquelle le Luxembourg appelle à sa «concrétisation».

Même tonalité au sortir de la réunion, Michel Barnier, négociateur en chef pour le Brexit de la Commission, indiquant avoir reçu le soutien des 27 «pour l’ensemble de l’accord», seules les conditions précises d’une extension de la période de transition devant encore être trouvées. Qualifié de «juste et équilibré», le texte réunirait donc les conditions pour un partenariat défini non seulement comme «ambitieux», mais aussi «stratégique».

En attendant le 25 novembre, l’accord sera soumis au Parlement européen mardi. Une version définitive du texte est attendue de part et d’autre de la Manche à cette même date.