POLITIQUE & INSTITUTIONS

Développement durable

Bausch songe à financer des P+R à l’étranger



pr.jpg

Des P+R au-delà des frontières? François Bausch va solliciter l'appui des régions frontalières. (Photo: archives paperJam)

La construction de nouveaux P+R pour désengorger les routes est une des priorités du ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, qui va solliciter ses partenaires transfrontaliers pour que de tels parkings soient aménagés chez eux, avec des deniers luxembourgeois.

Dans le cadre de ses réflexions sur la manière de faire face aux défis que pose la mobilité, le ministère du Développement durable et des Infrastructures organisera samedi, à Luxexpo, une table ronde à laquelle participeront divers acteurs concernés par cette question, représentant notamment les CFL, la Ville de Luxembourg, la Fegarlux, Luxtram, le Mouvement écologique ou encore le Verkéiersverbond.

Il devrait y être principalement question de la dernière annonce faite par François Bausch, le ministre du Développement durable et des Infrastructures, qui a précisé il y a peu à wort.lu qu’en matière d’aménagement de P+R, son département lorgnait désormais par-delà les frontières.

Recherche terrains à construire

Du fait d’un nombre toujours plus important de frontaliers entrant dans ce schéma de mobilité, François Bausch ne souhaite plus seulement – comme il l’avait indiqué en janvier – investir dans de nouveaux P+R aux frontières, mais également et dorénavant au-delà, avec le soutien des pays, sinon des régions, provinces ou départements limitrophes.

«Les P+R jouent un très grand rôle dans le désengorgement des routes au Luxembourg», explique François Bausch. «Et un de mes objectifs est de discuter avec les pays voisins dans le but d’acquérir des terrains sur lesquels l’État luxembourgeois construirait de telles infrastructures.»

Il précise notamment songer au modèle construit à la gare de Luxembourg, «un type de parking qui se construit vite, à un prix compétitif, tout en étant modulable et sûr». Reste maintenant à savoir si ses partenaires transfrontaliers sont prêts à lui emboîter le pas.

Des premiers contacts auraient été noués avec la Ville d'Arlon, en Belgique. Notamment au sujet de l'aménagement – par les autorités du chef-lieu de la province – d'un P+R à Stockem, en bordure de l'axe ferroviaire Bruxelles - Luxembourg. François Bausch souhaiterait qu'un autre projet du même genre puisse être développé du côté de Sterpenich, faisant part de sa préférence pour des accès aux transports en commun par la route, moins coûteux à réaliser que via le rail.