POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Florange

Aucun acide déversé, assure ArcelorMittal



Pour le géant de l’acier, il est d’ores et déjà certain qu’il n’y a pas eu d’acide déversé sur la zone de stockage à Florange. (Photo: DR)

Pour le géant de l’acier, il est d’ores et déjà certain qu’il n’y a pas eu d’acide déversé sur la zone de stockage à Florange. (Photo: DR)

Si plusieurs enquêtes doivent encore rendre leurs conclusions quant à une éventuelle pollution de l’environnement en Moselle, le groupe sidérurgique affirme qu’elle ne peut être en aucun cas consécutive à un quelconque déversement d’acide provenant du site de Florange. Ce que tend à confirmer l’analyse de premiers échantillonnages.

Le 8 juillet dernier, un ex-salarié d’un sous-traitant d’ArcelorMittal à Florange avait effectué des déclarations fracassantes, indiquant, vidéo à l’appui, qu’il avait déversé durant trois mois, pour le compte du géant de la sidérurgie, d’importantes quantités d’acide dans un crassier de la région.

Aussitôt, une enquête pour atteinte à l’environnement avait été ouverte par le Parquet de Thionville, de même que par la Direction régionale de l’environnement (Dreal), pour vérifier la traçabilité des déchets.

La direction d’ArcelorMittal avait, quant à elle, réagi en indiquant n’être «en aucun cas à l’origine de prétendus déversements irréguliers sur la zone de stockage» et que «si ces faits étaient avérés, ils seraient le fait de personnes isolées au sein d’ArcelorMittal ou des entreprises sous-traitantes».

Une semaine plus tard, ce lundi soir, le groupe sidérurgique a indiqué qu’une enquête qu’il a lui aussi ouverte – en interne – se poursuit et qu’il est conscient que ses résultats sont «très attendus».

Mais il assure qu’il est «d’ores et déjà certain qu’aucun acide n’a été déversé dans la zone de stockage des résidus de Florange», ce que confirment pour l’instant les premiers résultats de prélèvements réalisés à la demande de la Communauté d’agglomération du Val de Fensch (CAVF), qui, selon celle-ci, «ne montrent pas de trace significative d’acide dans le réseau hydrographique adjacent au crassier».