PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Anniversaire

À 90 ans, la Bourse poursuit sa route



20180517_photo_matic_zorman_8187-1.jpg

«Le monde change très rapidement, insiste cependant le responsable. Il faut pouvoir s’adapter en permanence» a souligné Robert Scharfe, CEO de la Bourse de Luxembourg. (Photo: Matic Zorman)

La Bourse de Luxembourg a fêté ses 90 ans, jeudi soir, en insistant sur les futurs défis qui l’attendent. Pour son CEO, Robert Scharfe, elle peut se targuer de certains succès mais doit continuer à évoluer en permanence.

C’est en 1928, dans cette période un peu folle de l’«entre-deux-guerres», qu’est née la Bourse de Luxembourg. Avec pour ambition d’accompagner les sociétés locales dans leurs projets. Hier, l’institution a officiellement célébré ses 90 ans et rappelé son rôle moteur dans le développement de la place financière luxembourgeoise.

Devant plus de 600 personnes conviées à l’European Convention Center, le président de l’institution, Frank Wagener, a souligné l’intérêt pour la bourse grand-ducale de «rester un acteur agile, capable d’évoluer avec son temps, dans une époque de grands changements. Mais elle doit sans cesse analyser les facteurs qui seront déterminants au cours de la décennie à venir.»

1 / 7
2 / 7
3 / 7
4 / 7
5 / 7
6 / 7
7 / 7

Préserver l’indépendance

Pour le ministre des Finances, Pierre Gramegna, le Luxembourg Stock Exchange reste un acteur-clé de la Place et de son écosystème. «Son développement au cours de ces 90 ans est à l’image d’une économie luxembourgeoise, capable de jouer en catégorie supérieure et de mettre l’accent sur les marchés internationaux, l’innovation permanente, les fintech et la finance durable.»

Il a également rappelé la naissance de la bourse dans une époque de grandes turbulences, un an avant le vendredi noir de Wall Street, et pointé le fait qu’elle avait toujours su préserver son indépendance au long de ces neuf décennies. «La Bourse de Luxembourg est désormais un acteur mondial qui regarde toujours vers le futur», a mis en évidence le ministre des Finances.

Avec l’argent, on peut faire bouger les choses.

Robert Scharfe, CEO de la Bourse de Luxembourg

De son côté, Robert Scharfe, son CEO depuis 2012, a insisté sur l’importance de ne pas se reposer sur ses lauriers. La bourse luxembourgeoise a fait figure de pionnière ces dernières années, c’est un fait. En 2016, elle a inauguré la première bourse au monde réservée aux obligations vertes, le Luxembourg Green Exchange. En 2007, elle avait aussi lancé la première obligation verte émise par la BEI.

«Le monde change très rapidement, insiste cependant le responsable. Il faut pouvoir s’adapter en permanence.» Insistant sur la percée de la Chine et des technologies qui bousculent tout sur leur passage, il a pourtant avant tout pointé le besoin d’une finance de plus en plus durable à l’heure du combat mondial à mener contre le réchauffement climatique. «Ce qu’il faut bien retenir, c’est qu’avec l’argent, on peut faire bouger les choses», a conclu le CEO.