COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

RÉMI FOUILLOY (MORGAN PHILIPS GROUP)

«Ne pas oublier la dimension humaine»



240204.jpg

Rémi Fouilloy: «L’expertise n’est plus suffisante pour faire la différence. L’intelligence de situation, l’agilité, la capacité à fédérer et à convaincre, et bien entendu l’aisance relationnelle sont des compétences essentielles pour évoluer.» (Photo: Morgan Philips Group)

En amont du «10x6 RH: Les compétences pour demain à l’ère du digital», qui se déroulera le mercredi 22 mai 2019 chez PwC, l’un des orateurs, Rémi Fouilloy, partage sa vision de la transformation du digital.

Pour faire face à la transformation digitale, quelles sont les compétences privilégiées par les recruteurs et employeurs? À quoi doivent s’attendre les candidats?

Rémi Fouilloy. – «Dans le nouveau monde du travail, l’entreprise doit s’adapter à des évolutions technologiques constantes remettant en cause de nombreux fondamentaux, tout en s’adaptant à des évolutions profondes dans la relation employé/employeur.

La capacité à se remettre en question et à prendre des risques, la créativité et l’ouverture au changement sont des compétences dont la grande majorité des employeurs ont besoin pour accompagner leur transformation. Des expériences dans différents pays, la participation à la création d’un business ou à des projets de réorganisation sont ainsi de plus en plus appréciées.

De nos jours, de plus en plus de sociétés prisent les «soft skills» chez les candidats. Est-ce que ces compétences valent la peine d’être valorisées plus que les «hard skills»?

«Cela fait plusieurs années déjà que les ‘soft skills’ prennent une place croissante dans les critères de sélection dans le cadre de recrutements externes ou de mobilités internes. Cela est d’autant plus vrai pour les postes à responsabilités managériales ou en interaction avec des clients ou des équipes projets. L’expertise n’est plus suffisante pour faire la différence.

L’intelligence de situation, l’agilité, la capacité à fédérer et à convaincre, et bien entendu l’aisance relationnelle sont des compétences essentielles pour évoluer. C’est l’une des raisons pour laquelle la vidéo devient un outil de plus en plus répandu dans les processus de recrutement.

Selon vous, quel sera le principal défi pour les experts RH ou du digital dans le recrutement du futur?

«Les algorithmes et l’intelligence artificielle prennent progressivement leur place dans le monde du recrutement. Tout comme l’avènement des sites d’emploi ou des réseaux sociaux professionnels il y a quelques années, cette évolution technologique bouscule certaines habitudes et apporte de nouvelles solutions aux recruteurs.

Toutefois, dans un monde hyperconnecté, les entreprises déploient beaucoup d’énergie pour attirer et retenir les talents en leur proposant un environnement de travail stimulant et agréable, et en valorisant surtout le travail en équipe, c’est-à-dire les relations humaines.

L’humain restera toujours un facteur-clé de succès lors d’un recrutement, tant du côté candidat qu’employeur, car lors de la décision finale, se posera toujours la question: ‘Ai-je envie de travailler avec cette personne?’ Ne pas oublier cette dimension humaine est sans doute un défi majeur pour le recrutement du futur.»

Vous pouvez vous inscrire au «10x6 RH: Les compétences pour demain à l’ère du digital» sur le site du  Paperjam Club .