POLITIQUE & INSTITUTIONS — Education

Accès exclusif (2/10)

Le Mudec au château de Differdange



Raymond Manes, directeur exécutif du Mudec, ici dans la cour du château de Differdange, a pris ses fonctions il y a un an. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Raymond Manes, directeur exécutif du Mudec, ici dans la cour du château de Differdange, a pris ses fonctions il y a un an. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Cet été, Delano et Paperjam vous conduisent à la découverte de lieux exclusifs, peu ou rarement accessibles au public. Raymond Manes, premier directeur exécutif luxembourgeois du Mudec (Miami University Dolibois European Center), nous ouvre les portes du château de Differdange, où se déroulent les cours du programme universitaire.

Sur une colline surplombant le centre-ville de Differdange, se trouve un château datant du 16e siècle qui pourrait bien être le plus ancien château de l’époque de la Renaissance du Luxembourg. La comtesse Anne d’Isenbourg souhaitait faire construire ce «château de taille modeste» après que le château fort de Soleuvre eut été vandalisé et brûlé en 1552. À l’origine, le nouveau château devait également être fortifié, avec des douves et un pont-levis (tous deux ont été supprimés depuis).

L’Arbed a repris le site au début des années 1900 pour en faire un restaurant d’entreprise et un hôtel avant que le Miami University Dolibois European Center (Mudec) ne loue le site en 1997. Celui-ci porte le nom de John E. Dolibois, ancien ambassadeur des États-Unis au Luxembourg, qui parlait souvent de son expérience du procès de Nuremberg (qui a été plus récemment ramené à la vie en 2017 au théâtre dans la pièce «Codename Ashcan»). À proximité se trouve une villa qui a depuis été transformée en crèche, et Raymond Manes explique que le Mudec a rendu accessible une partie de son propre chemin. 

Des chambres et des couloirs pleins d’histoire

On trouve aussi une maison de jardinier – qui s’est avérée utile pour les mesures d’isolement du campus face au Covid-19 – qui a également eu un impact sur la taille du corps étudiant et leurs voyages à l’étranger. Selon M. Manes, il y a 10 membres du personnel, et la taille de la faculté varie de 15 à 18. Cet automne, les cours devraient à nouveau atteindre un niveau normal, avec un peu plus de 100 étudiants attendus au Luxembourg depuis le campus principal basé dans l’Ohio.

Selon M. Manes, les endroits préférés des étudiants sont la terrasse extérieure – où ils organisent des barbecues et des soirées, ou se détendent simplement dans des hamacs – et les caves voûtées, autrefois utilisées pour le stockage du vin, mais qui abritent désormais des salles d’étude, des machines à laver, des tableaux, etc.

L’un des points forts est l’espace bibliothèque-bureau, où, selon Raymond Manes, une partie de la coproduction luxembourgeoise «Hannah Arendt» a été filmée. «Les murs ici étaient blancs, mais ils voulaient peindre les murs en vert. Nous avons fini par aimer cette couleur», explique-t-il. Juste à l’extérieur de cet espace se trouvent des photos encadrées et une lettre signée de Winston Churchill, qui retrace les souvenirs de sa visite de juillet 1946.

La cour d’honneur vue du deuxième étage. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 21

L’espace bibliothèque où ont été tournées certaines parties de la coproduction luxembourgeoise «Hannah Arendt». (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 21

Une scène constituait autrefois l'élément principal de cette «salle des fêtes». (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

3 / 21

Escalier menant à l’une des tourelles. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

4 / 21

Un des couloirs du rez-de-chaussée. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

5 / 21

Lithographie issue d’un recueil de François Clément et Nicolas Liez, tel que le château apparaissait en 1834. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

6 / 21

Un exemple du type de motifs qui ornent le site. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

7 / 21

Les lustres étaient autrefois travaillés avec des cordes mais ont été modernisés depuis. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

8 / 21

La terrasse principale, où les étudiants font des barbecues ou viennent se détendre. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

9 / 21

Souvenirs de la visite de Churchill au Luxembourg en 1946. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

10 / 21

La cave voûtée, où le vin était autrefois stocké, sert aujourd’hui d’espace d’étude. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

11 / 21

Une des cheminées principales du château. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

12 / 21

Une plaque de cheminée en fonte conservée au château. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

13 / 21

Un des appartements modernisés pour le logement du personnel. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

14 / 21

La salle de classe Charles le Téméraire, du nom du duc de Bourgogne, qui séjourna au château. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

15 / 21

Sur le mur représenté ici se trouve, selon la rumeur, une bouteille de spiritueux laissée par Napoléon. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

16 / 21

Motifs dans la salle des fêtes. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

17 / 21

Plaque commémorative de la visite de Charles le Téméraire au château. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

18 / 21

Le château vu de l’extérieur, où se déroulent souvent les soirées. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

19 / 21

Une pierre tombale d’un enfant, qui, selon Raymond Manes, était le fils d’un ancien propriétaire. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

20 / 21

Un des éléments du château qui devra bientôt être entretenu, selon Raymond Manes. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

21 / 21

Un tel château se prête également aux histoires racontées au fil des ans. Un exemple concret: Raymond Manes dit avoir entendu parler à plusieurs reprises, de deux personnes différentes, d’une bouteille de spiritueux laissée par Napoléon, toujours logée dans l’un des murs de la pièce. On entend les habituels grincements et gémissements du vieux bâtiment, qui ont effrayé plus d’un visiteur nocturne, peut-être en raison de la présence d’une pierre tombale d’un enfant dans l’enceinte du château.

Le charme de l’ancien monde rencontre la modernité

Et puis il y a l’espace de style cafétéria «Harry Potter» au rez-de-chaussée, qui a souvent été utilisé pour des dîners, mais qui avait auparavant une scène pendant les années Arbed. Un petit trou de projection existe toujours sur le côté opposé. Le balcon au-dessus est maintenant un espace bibliothèque où les étudiants se réunissent et étudient. Mais le plus impressionnant, ce sont les lustres qui planent tout en haut, auxquels il fallait auparavant accéder par un passage. «C’était tout d’abord dangereux, car si on les descendait trop bas, ils pouvaient traverser le sol. Il fallait toujours que quelqu’un soit dans la pièce pour crier ‘stop’. C’était très fin, et vous auriez pu tomber à travers [le plafond]», explique Raymond Manes.

Le directeur exécutif s’émerveille de l’installation originale en bois, sur laquelle le poids était intelligemment équilibré, et du fait que quelqu’un devait autrefois manœuvrer des cordes pour faire monter ou descendre les lustres. 

Il y a quelques tourelles sur le site, et l’une des plus anciennes parties du château est un escalier qui monte dans l’une d’elles. Des gravures runiques originales sont encore visibles sur ses dalles de pierre.

Malgré le charme ancien du château, les espaces où vit le personnel du site à l’étage ont dû être modernisés. M. Manes explique que les visiteurs ont tendance à être surpris après avoir longé le couloir, les tourelles et les ferronneries visibles par la fenêtre, de tomber sur une kitchenette moderne, une douche et d’autres commodités après avoir ouvert une porte donnant sur l’espace de vie. Les étudiants vivent généralement dans des familles d’accueil – ce qui, selon M. Manes, est de plus en plus rare, certaines familles d’accueil passant de maisons à appartements – ou dans d’autres logements.

M. Manes, qui a pris ses nouvelles fonctions il y a un an, a déclaré que, même s’il n’a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir au fait qu’il est le premier Luxembourgeois à occuper ce poste, il se réjouit de l’année à venir, alors que le campus et le Luxembourg commencent lentement à s’ouvrir à nouveau.