ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Accès exclusif (1/10)

Le siège de l’EWUB à la Villa Foch



Le CEO d’East-West United Bank, Sergey Pchelintsev, devant l’entrée arrière de la Villa Foch. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le CEO d’East-West United Bank, Sergey Pchelintsev, devant l’entrée arrière de la Villa Foch. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Les locaux acquis par East-West United Bank en 1976 sont chargés d’histoire. Le CEO et directeur général, Sergey Pchelintsev, emmène Delano pour une visite exclusive de la Villa Foch.

La petite plaque commémorative située à l’entrée de la Villa Foch peut passer inaperçue pour la plupart des passants du boulevard Joseph II, mais le domaine porte le nom du maréchal français Ferdinand Foch, qui y a séjourné en 1918-1919.

Foch, qui avait commandé les forces alliées pendant la Première Guerre mondiale, avait choisi le site comme quartier général dans les jours qui ont précédé l’armistice du 11 novembre 1918, qu’il a signé, en tant que commandant suprême des forces alliées, à 5h45 ce jour-là au Francport, non loin de Compiègne, en France.

Sergey Pchelintsev , qui vit au Luxembourg depuis huit ans, est impressionné par la passion de Foch pour l’art militaire, mais pas seulement: «Lorsqu’une véritable passion pour l’activité qu’une personne exerce est associée à un leadership et à un caractère forts, cela donne effectivement des résultats», dit-il. «C’est tout à fait fascinant que nous ayons nos bureaux dans ce bâtiment historique.»

Foch, toujours considéré comme ayant joué un rôle primordial dans la victoire des Alliés, a largement rédigé les termes de l’armistice, mettant fin aux combats maritimes, aériens et terrestres. On pense qu’il a rencontré Jean-Marie François Gérard d’Hannoncelles de Gargan, alors propriétaire de la villa, à Nancy, où ce dernier résidait.

Aujourd’hui, la plupart des espaces du rez-de-chaussée de l’EWUB sont utilisés pour accueillir des événements de type salon, des réunions avec des clients ou des membres du conseil d’administration. Bien que l’on ne sache pas exactement où Foch aurait passé la plupart de son temps, on ne peut s’empêcher de se demander si ce n’est pas dans ce que l’EWUB appelle la «chambre du président», un grand bureau avec vue sur le jardin arrière. On y accède également à de petites toilettes, mais seulement en ouvrant une porte dissimulée dans les boiseries.

La «salle du président» accueille désormais de petites réunions de clients. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 12

L’EWUB s’est efforcée de trouver des meubles et des matériaux historiques, par exemple pour les rideaux, assortis à la villa. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 12

Cette grande salle du rez-de-chaussée est maintenant utilisée pour les réunions du conseil d'administration. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

3 / 12

Une porte cachée dans les boiseries de la «chambre du président» donne accès à de petites toilettes. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

4 / 12

Un lustre dans un salon du rez-de-chaussée, aujourd'hui utilisé pour de petites réunions. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

5 / 12

Cadeau signé du propriétaire universel de la banque, Vladimir Evtushenkov, pour son 45e anniversaire: un tableau de l’artiste de Saint-Pétersbourg Oleg Pyatin. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

6 / 12

Vue de l’escalier depuis le rez-de-chaussée. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

7 / 12

Une vue de l’intérieur du bureau de Sergey Pchelintsev. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

8 / 12

L’espace du premier étage abrite aujourd’hui plusieurs bureaux séparés, bien que la disposition des lieux montre clairement que l’espace était à l’origine destiné à un usage privé. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

9 / 12

Couloir principal du rez-de-chaussée. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

10 / 12

Vue du foyer avant les travaux de rénovation. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

11 / 12

Les albums de l’EWUB contiennent des images de ce à quoi la villa ressemblait autrefois et comprennent une photo du pavillon, qui n’existe plus. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

12 / 12

Rénovations au fil des ans

La Villa Foch d’aujourd’hui est un mélange de tradition bourgeoise et de modernisme. La conception originale utilisait du fer, des briques, de l’acier et d’autres matériaux, mais pas de béton.

L’architecte Charles Mullendorff a été le maître d’œuvre de ce bâtiment, d’abord appelé Villa Thierry-Rückert, et a conçu, de 1890 à 1894, une série de villas le long du même boulevard, ainsi que la place Winston Churchill. C’est à la demande du grand entrepreneur et homme d’affaires alsacien Jean-Henri Jules Thierry et de son épouse Catherine Emilie Rückert que la villa a été construite, après que le couple a surenchéri sur l’État pour deux parcelles, chacune d’un peu moins de 24 acres, qui leur ont coûté 15.000 francs (environ 13.869€ en termes actuels). En 1884, le couple vend le bâtiment pour la somme de 160.000 francs (environ 147.941€). C’est à eux que la famille d’Hannoncelles de Gargan doit la reprise de la villa. Selon un porte-parole de l’EWUB, le site était également propriété de l’État avant que la banque ne s’y installe.

Des rénovations ont eu lieu en 1976-77, mais, heureusement, le bassin de style français et d’autres aspects charmants de la propriété ont été conservés. L’EWUB, qui est installée sur le site depuis plus de 45 ans, a également entrepris une restauration du site en 2010, qui a duré près de deux ans.

Une porte de la salle du conseil donne sur le jardin arrière. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

1 / 6

Une vue de l’extérieur, à l’arrière de la villa. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

2 / 6

Un petit étang avec des carpes se trouve à droite du bâtiment, où se trouvait également un pavillon. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

3 / 6

Une vue de la villa depuis le banc de pierre surplombant l’étang. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

4 / 6

Des ferronneries ornent encore l’entrée principale. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

5 / 6

La plaque près du portail faisant référence au Maréchal Foch. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

6 / 6

Pour notre visite, Sergey Pchelintsev nous emmène à l’étage pour voir son propre bureau, qui était probablement la suite du maître. Les murs sont ornés de souvenirs, dont sa propre collection d’œuvres d’art et de photos de l’histoire de la banque, entre autres. Son bureau dispose d’un balcon en pierre donnant sur les jardins arrière.

Les bureaux du bâtiment se trouvent dans des pièces séparées, probablement d’anciennes chambres à coucher, car il s’agissait à l’origine d’une maison privée. Selon le CEO, cette situation s’est avérée bénéfique pendant la pandémie, car les gens étaient naturellement espacés grâce à la disposition des lieux, ce qui a simplifié les mesures d’éloignement.

Nous nous promenons également sur le terrain du domaine pour voir un petit étang rempli de carpes, un banc de pierre à proximité. Un pavillon se trouvait autrefois à côté de l’étang, mais il n’existe plus. L’arrière-cour est toujours utilisée pour accueillir des événements, mais le CEO ajoute qu’un grand soin est apporté à la coupe des branches des vieux arbres, qui forment un auvent naturel et fournissent de l’ombre aux événements extérieurs organisés pendant les mois les plus chauds.