POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Sécurité routière

Moins de morts sur les routes mais autant d’efforts à faire



17 personnes ont déjà perdu la vie sur les routes luxembourgeoises cette année, malgré le confinement, contre 22 l’an dernier, un bilan qui rapprochait le Luxembourg de ses engagements (16). (Photo: Shutterstock)

17 personnes ont déjà perdu la vie sur les routes luxembourgeoises cette année, malgré le confinement, contre 22 l’an dernier, un bilan qui rapprochait le Luxembourg de ses engagements (16). (Photo: Shutterstock)

Un peu en retard par rapport aux années précédentes, Covid-19 oblige, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch (Déi Gréng), a détaillé les statistiques de la sécurité routière en 2019, mercredi après-midi au ministère.

Ils sont morts. Dans deux cas sur trois, ils étaient résidents luxembourgeois. Plutôt sur une petite route. Par temps sec. L’été. Principalement entre 15h30 et 16h29. Surtout à cause de la vitesse, voire du mélange alcool-vitesse. Et le conducteur responsable était un homme, majoritairement âgé de 25 à 34 ans.

Dresser un portrait-robot de la victime de la route et de celui qui en est le responsable est aussi simpliste que de se féliciter que le Luxembourg ait connu son meilleur «score» en 2019, avec 22 morts et 248 blessés graves: les situations et les facteurs multiples changent complètement la perspective.

Mais le Luxembourg n’a pas encore atteint les objectifs auxquels il s’est engagé, comme l’a rappelé le vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch (Déi Gréng). Dans la stratégie européenne, le Luxembourg doit atteindre moins de 16 morts par an sur la route, et pour répondre aux ambitions de l’Onu, le nombre de blessés graves doit rester en deçà de 133.

Déjà 17 morts cette année

Le moindre accident grave au Luxembourg peut faire varier les résultats dans un sens ou dans un autre qui change complètement la perspective. «La première fois que j’ai présenté des résultats, en 2014 avec ceux de 2013», a rappelé le ministre, «nous étions à 46 morts. 22 morts cette année est une substantielle différence. Nos chiffres sont petits et nous sommes très dépendants de certains accidents. L’an dernier, nous avions enregistré une rechute avec 36 morts, dont 7 dans deux accidents. Imaginez que, comme cela arrive régulièrement, un accident de bus ait lieu au Luxembourg. Il faut regarder les chiffres sur cinq ou six ans pour mesurer les tendances.» 

Pour tenter d’y parvenir, le ministre et la police vont maintenir la pression, d’autant que 17 personnes ont déjà perdu la vie sur les routes luxembourgeoises cette année. «Pendant le confinement», a expliqué François Bausch, «nous avons aussi fait passer le message que la police n’était pas en confinement!»

Pour le ministre, s’il s’agissait de son propre choix, les taux d’alcool ou de drogue dans le sang passeraient à 0. Contre 0,5 pour l’instant pour l’alcool.

Réduire la vitesse dans les tunnels

Le contrôle à 178km/h, la semaine dernière, d’un automobiliste dans le tunnel Stafelter invite une nouvelle fois le ministre à imaginer des radars-tronçons pour limiter strictement la vitesse, à 90km/h. «C’est ce que la Suisse a fait et cela fonctionne», a-t-il dit. «Le moindre accident dans un tunnel est directement catastrophique.»

Selon les statistiques, si le nombre de tués diminue de 39% sur un an (22), comme celui des blessés graves de 9% (248), les accidents corporels ont augmenté de 4% (988), plus que l’évolution de la population résidente (+2%), mais moins que celle des frontaliers non résidents (+6,8%), sans que ces derniers soient considérés comme plus dangereux que les résidents.

Les victimes sont 16 automobilistes, 3 motards, 2 piétons et 1 passager moto. Les accidents de moto sont passés de 80 en 2018 – leur plus haut historique – à 59 l’an dernier.

Les accidents mortels sont à 36% des chocs contre un arbre et à 32% des chocs entre deux véhicules. Dans son rapport annuel, l’Administration des enquêtes techniques a suggéré de renforcer les dispositifs pour éviter la sortie de route d’un véhicule et pour mitiger les conséquences d’un accident.