LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Foodzilla

bières spéciales

Mi-Orge Mi-Houblon: changement et continuité



Christophe Gillard (au centre) a transmis Mi-Orge Mi-Houblon à Laurent Munster (à droite), qui continuera à disposer des compétences de Gaëtan (à gauche), employé du magasin depuis quelques années. (Photo: La Meuse Luxembourg/Arnaud Meisch)

Christophe Gillard (au centre) a transmis Mi-Orge Mi-Houblon à Laurent Munster (à droite), qui continuera à disposer des compétences de Gaëtan (à gauche), employé du magasin depuis quelques années. (Photo: La Meuse Luxembourg/Arnaud Meisch)

Après 15 ans, l’Arlonais Christophe Gillard a remis son magasin Mi-Orge Mi-Houblon à Laurent Munster. Le lieu compte bien rester le temple des bières artisanales produites par des brasseries indépendantes.

Quand, en 2005, Christophe Gillard a ouvert les portes de Mi-Orge Mi-Houblon à Arlon , il ne s’imaginait sans doute pas tout ce qui allait arriver par la suite. Deux déménagements pour mieux servir une clientèle de plus en plus importante, des cours de zythologie pour lesquels on doit s’inscrire bien à l’avance, des prospections partout dans le monde pour rapporter des pépites brassicoles à ses clients... Alors enseignant, Christophe s’est finalement consacré quelques années à temps plein à son magasin.

Transmettre, plutôt que vendre

Dans l’intervalle, il est aussi devenu un expert reconnu sur le plan international, un des deux seuls Belges à être invités en tant que jurés à la World Beer Cup, le concours de référence. Tandis que la réputation de Mi-Orge Mi-Houblon a de plus en plus résonné au niveau international.

Mais même les plus belles histoires ont une fin. Christophe a en effet décidé de partir vivre près de Morzine avec ses enfants, là où son épouse a trouvé un emploi. Il y mènera de nouveaux projets, évidemment autour de la bière.

Il était cependant inimaginable de voir son magasin arlonais mourir. Ce ne sont pas les propositions de reprise qui ont manqué. Christophe en a refusé, parfois de très intéressantes sur le plan financier, car ce n’était pas vendre qu’il souhaitait, mais transmettre.

Depuis le début de cette année, c’est Laurent Munster qui est le nouveau patron des lieux. «Christophe sera toujours là jusqu’au mois de juin pour me conseiller et m’aider. Ce n’est qu’après que je vais voler de mes propres ailes, même si les liens vont rester très forts. Christophe continuera à animer les cours de ses groupes, me proposera évidemment des découvertes... Il souhaitait prendre le temps de bien faire les choses, et moi aussi. Il m’apprend la gestion du magasin, la logistique... Et de mon côté, je dois me familiariser avec la gamme proposée, très grande», explique Laurent Munster.  

Christophe est occupé à me former. On ne refuse pas d’apprendre le basket quand c’est Michael Jordan qui vous le propose!
Laurent Munster

Laurent Munster,  nouveau patron de Mi-Orge Mi-Houblon

Il n’est pas vraiment en terre inconnue. Amateur de bière, client du magasin, il a aussi suivi de solides formations en zythologie... «Mais on ne refuse pas d’apprendre le basket quand c’est Michael Jordan qui vous le propose», relève-t-il, en guise de clin d’œil.

Marre de la place financière

Cette transmission du magasin, c’est aussi l'histoire de deux personnes qui se sont rencontrées au bon moment. Christophe cherchait un repreneur, et Laurent était en quête d’une nouvelle activité. «J’ai travaillé durant 20 ans à Luxembourg, dans la place financière, notamment chez Edmond de Rotschild Asset Management. Mais j’en avais fait le tour, j’en avais marre de la route, du stress, des exigences des actionnaires, des chiffres à réaliser... J’avais différents projets autour des métiers de bouche, dont ouvrir un café dédié aux bières artisanales. Finalement, Christophe m’a parlé de son souhait, et j’ai foncé», confirme Laurent.

Celui-ci restera épaulé par Gaëtan, employé du magasin depuis quelques années. Évidemment, Laurent apportera sa touche personnelle. Comme Christophe l’a fait en ce qui concerne les gueuzes, son péché mignon. «J’avoue qu’il m’a un peu converti... Donc les gueuzes resteront toujours bien représentées. Christophe va rester impliqué dans le choix de la gamme. Mais je vais aussi apporter mes choix, les découvertes. Dans quelques semaines, je pars en Caroline du Nord et j’espère bien y dégoter quelques bières exceptionnelles. Le magasin continuera à rester ouvert à tous les styles, mais évidemment, seulement aux bières artisanales de brasseries indépendantes», conclut le nouveau maître de Mi-Orge Mi-Houblon.