POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Rapport OCDE

Des mesures fiscales face à la crise du logement



253869.jpg

Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, est venu en personne présenter les conclusions de l’Étude économique sur le Luxembourg. (Photo: Nader Ghavami)

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a présenté ce 10 juillet les grandes lignes de la nouvelle étude de l’organisation concernant l’économie luxembourgeoise. L’accent a été fortement placé sur les mesures, notamment fiscales, à prendre dans le domaine du logement.

À l’occasion de la dernière publication de l’Étude économique sur le Luxembourg , le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, est venu en personne présenter les conclusions du rapport à Luxembourg ce 10 juillet. «Le Luxembourg est un pays qui présente de nombreux atouts et se retrouve médaille d’or dans de nombreux domaines», a-t-il avancé, en guise d’introduction. «Ce n’est donc pas évident de venir dire ici ce qu’il faut faire au niveau économique.»

Mais dans un contexte compliqué pour l’économie mondiale, marquée par les tensions commerciales internationales, il se montre prudent: «Il ne faut jamais prendre la prospérité actuelle pour quelque chose d’acquis.»

Libérer les terrains

Parmi les différents thèmes et recommandations développés dans l’étude, l’OCDE a cette fois tenu à donner un éclairage particulier à la problématique du logement. «C’est un problème de succès», sourit Angel Gurria, avec son franc-parler habituel. «La croissance et le bien-être attirent, ce qui fait monter les prix.»

Après ce constat, les propositions. Pour le secrétaire général de l’OCDE, il faut avant tout viser les terrains disponibles qui ne sont pas développés. «Il faut proposer des mesures incitatives pour placer ces terres en développement. Cela peut prendre la forme d’impôts, d’amendes ou de permis.»

Il faut proposer des mesures incitatives pour placer ces terres en développement. Cela peut prendre la forme d’impôts, d’amendes ou de permis.

Angel Gurria,  secrétaire général,  OCDE

Présents aux côtés du représentant de l’OCDE, le ministre des Finances  Pierre Gramegna  et la ministre du Logement  Sam Tanson  ont confirmé leur préoccupation à ce sujet. «Nous travaillons ensemble à différentes mesures conséquentes dans ces domaines», explique Sam Tanson. «Le volet fiscal fait partie des discussions.»

Les deux ministres ne veulent pas se prononcer plus avant quant aux mesures pratiquées actuellement, mais précisent que certaines pourraient être présentées en 2020. «Nous sommes ouverts à tout, nous n’avons pas peur de prendre les mesures qui s’imposent.»

Nous sommes ouverts à tout, nous n’avons pas peur de prendre les mesures qui s’imposent.

Sam Tanson et Pierre Gramegna

Pour Angel Gurria, une autre particularité pointée dans le rapport sur le Luxembourg concernant l’enjeu du logement est le fait qu’une large part de la population bénéficie d’une habitation privée, et que le taux de résidence hors des grands centres atteint 30%. «Ici aussi il s’agit d’un record du monde», souligne-t-il.

253868.jpg

Pierre Gramegna, ministre des Finances; Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE et Sam Tanson, ministre du Logement. (Photo: Nader Ghavami)

La productivité passe par la formation

Autre sujet mis en exergue par M. Gurria: la faible croissance de la productivité au Luxembourg. «Le Grand-Duché affiche bien entendu un des taux de productivité les plus élevés de la planète mais, depuis plusieurs années, l’évolution est quasiment passée en territoire négatif.»

À ce niveau, les solutions passent, selon les analyses de l’OCDE, par l’éducation de manière générale, mais surtout par l’acquisition de compétences professionnelles. «Le digital, les fintech représentent l’avenir. Or, la moitié de la population active n’est pas préparée à y faire face», prévient le représentant de l’OCDE.