PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Business & Foot (6)

Un match de jeunes plutôt que l’Euro pour Christian Strasser (Lalux)



En période de championnat, Christian Strasser ne rate aucun match de l’équipe de Mondorf, dont il est vice-président. (Photo: Christophe Olinger/Archives)

En période de championnat, Christian Strasser ne rate aucun match de l’équipe de Mondorf, dont il est vice-président. (Photo: Christophe Olinger/Archives)

Christian Strasser, directeur général de Lalux, est aussi un passionné de foot. Après y avoir longtemps joué, il s’implique aujourd’hui dans la gestion du club de Mondorf qu’il a contribué à ramener parmi l’élite nationale.

Directeur général de la compagnie d’assurances Lalux, Christian Strasser (50 ans) vit une double vie, dont le second volet a pour cadre le terrain de football de l’US Mondorf. Et cela depuis toujours. S’il est aujourd’hui vice-président de ce club de milieu de classement de la BGL Ligue, il en a aussi longtemps porté les couleurs sur le gazon.

À 8 ans, il intègre les équipes d’âge, jusqu’à atteindre l’équipe senior pour laquelle il a officié une dizaine d’années en tant que capitaine. Il a également porté les couleurs de l’équipe nationale en «– de 16 ans», mais n’a jamais pu intégrer l’équipe première parce qu’il jouait alors dans un club qui n’appartenait pas à l’élite.

Une histoire de famille

«Il aurait fallu pour cela que je quitte Mondorf, mais ce n’était pas dans mes projets», explique-t-il aujourd’hui. Question de mentalité! Son grand-père et son grand-oncle avaient participé à la résurrection du club après la Seconde Guerre mondiale, et son père – actuel président – y avait toujours joué également.

Il y a une vingtaine d’années, alors que le club prenait l’eau, c’est cette fois lui et trois amis qui ont redressé la barre pour lui rendre vie. «Notre objectif était de le ramener en promotion d’honneur (la deuxième division, ndlr) mais finalement, depuis 8 ans, nous évoluons à l’échelon supérieur en BGL Ligue.»

En cherchant de meilleurs résultats, on risquerait de couper les espoirs des jeunes du cru.
Christian Strasser

Christian Strasser,  directeur général,  Lalux

Jetant un coup d’œil dans le rétro, il se montre fier de ce qui a été fait. Envisagerait-il un jour une injection d’argent dans le club pour lui faire atteindre un nouveau palier? «Nous avons encore des joueurs qui ont grandi à Mondorf. En cherchant de meilleurs résultats, on risquerait de couper les espoirs des jeunes du cru.»

La réponse est donc négative. D’autant qu’avec son effectif actuel, le club de Mondorf est «capable de tenir tête aux meilleures équipes de la compétition».

Les valeurs du sport avant tout

Amateur de foot, Christian Strasser se passionne-t-il pour une compétition comme l’Euro? «Je vais le regarder et y prendre du plaisir, mais j’aurais plus de plaisir encore à aller voir un match de jeunes où les valeurs sportives sont plus présentes.»

Ce qu’il aime avant tout, insiste-t-il, c’est le sport, quel que soit le niveau. Lorsqu’il est à l’étranger, il tâche de découvrir les sports locaux et, tous les week-ends de compétition, il est au stade pour supporter son équipe. «Si j’oubliais, mes enfants me le rappelleraient. Mais depuis 8 ans que nous sommes parmi l’élite, je n’ai raté que 2,5 matches.» (Explications: l’année de la montée, il ne l’avait pas prévue et avait réservé des vacances aux États-Unis – deux matches. L’autre moitié de match manquée est liée à une pneumonie, ndlr)

Le niveau actuel de l’équipe nationale est aussi, pour lui, un sujet de satisfaction. «Beaucoup de joueurs exercent désormais à l’étranger. Ça a vraiment fait monter le niveau de l’équipe. Mais le championnat national est aussi nettement meilleur aujourd’hui.»

Mardi: la gestion de fortune des footballeurs professionnels