POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Mouvement «Global Strike For Future»

10.000 jeunes se préparent à marcher pour le climat



222624.jpg

À l’appel de l’élève suédoise Greta Thunberg et du mouvement international «Global Strike For Future», des manifestations de jeunes sont prévues à travers le monde ce vendredi. Notamment au Luxembourg. (Photo: Élise Darras)

10.000 jeunes élèves sont attendus ce vendredi midi au Glacis à l’occasion de la grande marche pour le climat organisée dans le cadre de la grève mondiale contre le changement climatique. Au cœur de la mobilisation: trois élèves de l’École européenne du Kirchberg. Rencontre.

À la veille de la  marche pour le climat  (ou contre le changement climatique) organisée en plein cœur de Luxembourg-ville, un groupe d’élèves de l’École européenne du Kirchberg s’affaire pour préparer les affiches qu’ils arboreront.

«System change, not climate change» (Un changement systémique, pas de changement climatique), peut-on lire sur l’une d’elles.

«Les jeunes choisissent eux-mêmes leur message, chacun peut ainsi donner son avis sur les enjeux de société, comme le changement climatique», explique à Paperjam Élise Darras, 15 ans, élève à l’École européenne du Kirchberg et co-organisatrice de la marche «Youth For Climate Luxembourg» de ce vendredi.

Le rendez-vous est donné à midi au Glacis. Le départ de la marche, prévu à 12h30, emmènera les manifestants jusqu’à la place Guillaume II, où les jeunes prendront librement la parole.

Si c’était une banque, nous pensons que le gouvernement serait déjà intervenu pour la sauver.

Élise Darras,  élève et co-organisatrice de la marche,  Youth For Climate Luxembourg

«Nous voulons que les politiques, notre gouvernement, traitent le changement climatique comme une crise, en prenant en compte l’avis et les cris d’alarme des scientifiques», lance à son tour Zélie Guisset, 17 ans, élève à l’École européenne du Kirchberg et membre de l’organisation qui s’inscrit dans le cadre de la  «grève mondiale pour le climat» , prévue ce vendredi.

222625.jpg

Élise Darras, 15 ans, est au cœur de l’organisation du mouvement Youth For Climate Luxembourg. (Photo: Youth For Climate Luxembourg)

«Si c’était une banque, nous pensons que le gouvernement serait déjà intervenu pour la sauver», estime l’élève.

Dans leur quotidien, ces jeunes ont également adopté de nouvelles habitudes de consommation. «Pour ma part, je prends les transports en commun, le vélo. À la maison, nous mangeons moins de viande, on achète bio. Nous évitons les emballages plastiques. J’utilise également une gourde, plutôt qu’une bouteille en plastique», précise Élise Darras.

Ces modes de consommation plus écologiques, les élèves espèrent les partager avec le plus grand nombre. «Nous voulons faire grandir notre mouvement. Nous voulons que nos membres croient sincèrement en la cause climatique et adoptent des gestes plus sains dans leur quotidien», explique Zélie Guisset.

Certains profs nous soutiennent, d’autres pas.

Élise Darras,  élève et co-organisatrice de la marche,  Youth For Climate Luxembourg

Au sein de leur école, les jeunes organisateurs espèrent mobiliser au moins 500 élèves. «Nous avons fait des workshops et beaucoup de réunions. Nous avons aussi mobilisé d’autres écoles sur les réseaux sociaux via notre page Youth For Climate Luxembourg sur Facebook et Instagram

«C’est une grosse organisation. Il a fallu également prévenir la police, mais aussi trouver un accord avec la direction de l’école pour pouvoir ‘sécher’ les cours. Ça a été difficile, mais nous avons réussi à trouver un accord. Certains profs nous soutiennent, d’autres pas», ajoute Élise Darras.

222649.png

L’appel à la mobilisation est lancé sur les réseaux sociaux. (Capture d’écran Facebook)

Après la marche, d’autres actions vont suivre. «On ne compte pas s’arrêter là», poursuit-elle.

222594.jpg

 Chaque élève a personnalisé son affiche pour envoyer un message fort lors de la grève de ce vendredi. (Photo: Élise Darras)

Inspirés par la démarche de la jeune Suédoise Greta Thunberg, à l’origine de cette mobilisation chez les jeunes à travers le monde, les jeunes Luxembourgeois aussi veulent contribuer à leur tour à «changer les choses».

«Greta nous inspire, comme elle inspire les autres jeunes dans le monde. Mais c’est une cause qui nous concerne tous. Il faut plus d’actions concrètes et d’ampleur pour limiter le réchauffement planétaire, estimé à 1,5 degré» entre 2030 et 2050, selon un rapport publié en 2018 par le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Un réchauffement qui entraînera, selon les scientifiques, une hausse du niveau des mers et la menace de nombreux écosystèmes et espèces, entre autres.