POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

RApport de l’AIE

Les émissions de CO2 sont reparties à la hausse



Les centrales au charbon restent le plus grand point noir en termes de production énergétique. (Photo: Shutterstock)

Les centrales au charbon restent le plus grand point noir en termes de production énergétique. (Photo: Shutterstock)

La croissance économique des deux dernières années a fait progresser les émissions de CO2 liées à la production d’énergie, observe l’Agence internationale de l’énergie dans un nouveau rapport. L’année 2018 a connu la plus forte hausse en une décennie.

Selon de nouvelles données fournies ce 26 mars par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les émissions mondiales de CO2 liées à la consommation d’énergie ont encore augmenté en 2018.

L’AIE observe que les émissions avaient pu être stabilisées entre 2014 et 2016 grâce à d’importants progrès en termes d’efficacité énergétique et de déploiement de technologies bas-carbone. Mais la marche en avant a repris en 2017 et s’est poursuivie l’an dernier.

La croissance de la demande en énergie a atteint 2,3% en 2018, note l’AIE dans son rapport annuel sur la demande d’énergie et les émissions de CO 2 associées . C’est la hausse la plus importante en une décennie. Elle regrette que la croissance économique internationale n’ait pas pu se faire en recourant davantage à des énergies propres.

En 2018, les émissions de CO2 liées à la production et à la combustion de toutes les énergies ont progressé de 1,7% à un niveau qualifié d’«historique» de 33,1 gigatonnes. L’AIE note encore que 85% de cette augmentation est due à la Chine, aux États-Unis et à l’Inde, et notamment à l’utilisation de centrales à charbon en Asie.

L’AIE observe pourtant une croissance à deux chiffres de la production d’énergie à partir du solaire et de l’éolien. Mais la bonne santé économique de la planète entière en 2017 et 2018 a dopé la demande, ce qui n’a pu se faire qu’en utilisant à nouveau plus d’énergies fossiles comme le charbon, le pétrole et surtout le gaz.