COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
EXPERTISES

THOUGHT LEADERSHIP

Les déchets, nouvelle source de croissance verte



223775.jpg

Les déchets, nouvelle source de croissance verte Fidelity International

Les efforts engagés pour faire face à la hausse quasi exponentielle d’ordures produites chaque année paraissent désormais dérisoires. Alors que la consommation génère toujours plus de déchets, la croissance démographique et urbaine met aussi les capacités de traitement déjà existantes sous pression.

Porté par un cadre politique répondant à un impératif environnemental et de santé publique, ce marché est - par manque de financements publics - presque exclusivement délégué au secteur privé. Il atteint désormais un point d’inflexion et constitue ainsi une formidable opportunité d’investissement. Jusqu'ici très peu exploré par les investisseurs, ce secteur représente désormais une thématique structurelle de long terme. En tant que thème d’investissement, la gestion des déchets offre une visibilité forte en matière de revenus, de cash-flow et de dividendes. Par ailleurs, ce secteur traditionnellement défensif évolue dorénavant vers un profil de “croissance défensive”. Au-delà de la collecte ou du recyclage, son spectre embrasse désormais de nouveaux domaines à forte valeur ajoutée. Une thématique source de décorrélation par rapport aux marchés actions dans leur ensemble, qui se conjugue aussi avec une approche d’investissement à impact et intègre naturellement les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Les déchets, la face cachée de la consommation

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : chaque année, un individu engendre en moyenne 450 kg de déchets ; cette production va augmenter de 70 % d’ici 2050 dans le monde et devrait grimper à 3,4 milliards de tonnes au cours des trois prochaines décennies*... Si l’activité humaine a toujours généré des déchets, sa brusque accélération le siècle dernier a donné lieu à une prolifération exponentielle. À tel point que leurs volumes évoluent désormais plus rapidement que le PIB mondial.

Aujourd’hui, la question que pose la gestion et, subsidiairement, le retraitement des déchets s’impose comme un enjeu majeur pour les décennies à venir. Car elle est intimement liée à l’essor économique et l’enrichissement des sociétés développées et, désormais des sociétés émergentes. Alors que ces dernières vont représenter une part de plus en plus importante de la croissance mondiale, 60 % des déchets de ces pays ne sont pas collectés et moins de 30 % le sont aujourd’hui dans le monde.

Le point d’inflexion qui est en train d’être franchi en matière de déchets est la résultante de deux facteurs essentiels. D’une part, leur production est corrélée à la croissance de la population mondiale, qui comptera 9,5 milliards d’individus à l’horizon 2050.

D’autre part, elle est liée à l’urbanisation galopante, présentant des projections sans appel : 60 à 70 % de la population mondiale vivra en ville dans une trentaine d’années contre 54 % actuellement et seulement un tiers il y a soixante ans. Cette tendance, qui se traduira par une concentration des déchets en milieux urbains, met aujourd’hui l’accent sur la capacité des villes à la gérer au regard des infrastructures existantes. Enfin, cette problématique soulève surtout des questions fondamentales en matière de santé et d’environnement. Les prédictions sur ce dernier point sont alarmantes puisqu’il est établi qu’en 2050 la part de plastiques dans les océans sera supérieure à celle des poissons).

223793.jpg

Source: Fidelity International. 1. Stocks halleutiques supposés constants (hupothèse prudente). 2 La consommation totale de pétrole devrait moins progresser (0,5% p.a.) que la production de plastiques (3,8% jusqu’en 2030, puis 3,5% jusqu’en 2050). 3. Le carbone provenant des plastiques inclut l’énergie utilisée dans la production et le carbone émis lors de l’incinération/récupération de l’énergie après utilisation. Budget carbone fondé sur le scénario des +2°

La problématique de la gestion des déchets et les pistes explorées afin de repenser son modèle ne sont pas simples. Il est estimé que le traitement et l’élimination des déchets représentent en tonnes de CO2 environ 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Les investissements nécessaires à la mise en place d’un système adéquat en termes de collecte et de retraitement sont donc colossaux. De sorte que ce marché qui représente à lui seul plus de 1 000 milliards de dollars aujourd’hui devrait doubler dans les dix ans à venir.

Un thème qui combine naturellement les approches ESG et impact investing

La thématique des déchets ayant une résonance sanitaire et environnementale, l’approche d’investissement qui y est associée intègre naturellement les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Cette composante ESG correspond à une volonté d’engagement de plus en plus forte de la part des investisseurs, sans pour autant sacrifier les objectifs de performance. Elle peut être mise en œuvre à travers une approche “best in class” en sélectionnant les valeurs qui affichent une note ESG supérieure à leurs pairs, ou “best effort” pour accompagner les sociétés vers une meilleure politique durable, afin qu’elles remplissent au mieux les objectifs de développement durable (ODD) fixés par les Nations Unies.

Nombre de sociétés du secteur des déchets font preuve d’une démarche responsable dans le domaine environnemental, sociétal et de gouvernance et, cherchent à avoir un impact réel et mesurable en termes de réduction des émissions de CO2, de récupération des déchets, de production d’énergies vertes etc… Cette philosophie ayant pour corollaire la transparence, ces entreprises communiquent aisément l’impact de leur activité sur l’environnement. Investir dans cette thématique doit donc permettre à l’investisseur de mesurer sa contribution positive aux enjeux d’aujourd’hui et de demain.

223791.jpg

Source: Fidelity International, données indicatives au 31.01.2019, les chiffres actuels sont susceptibles d’évoluer dans le temps.

En savoir plus

For further information please contact : sanela.kevric@fil.com or solene.garnavault@fil.com

Retrouvez l’intégralité de Thought Leadership