ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Au MIPIM 2019

Le Luxembourg en opération séduction à Cannes



222199.jpg

Heure de grande affluence sur le stand du Luxembourg au Mipim 2019. (Photo: DR)

À l’occasion de la 30e édition du Mipim à Cannes, le Luxembourg dispose d’un stand national réalisé par la Chambre de commerce. Une réception officielle y était organisée ce mercredi en fin de matinée.

L’ambiance est résolument détendue et conviviale. Le stand du Luxembourg ne se trouve pas dans le bâtiment du Palais des Congrès au niveau -1, mais dans un bâtiment le long de la croisette, avec une belle hauteur sous plafond, lumière naturelle et vue sur la mer.

L’aménagement est clair et aéré, ouvert, propice à la rencontre et à la discussion. Tout le monde de l’immobilier est là, des développeurs, financiers, avocats, aux architectes, ingénieurs et constructeurs…

Une présence des officiels

Ce mercredi est l’occasion des discours officiels sur le stand luxembourgeois. Carlo Thelen , directeur de la Chambre de commerce, rappelle qu’«il s’agit de la 14e participation du Luxembourg au Mipim, une occasion unique de valoriser le secteur de l’immobilier au Luxembourg et de présenter les projets innovants qui se construisent dans le pays.»

Une présence qui est fructueuse à l’en croire, puisque «2018 a été l’année la plus performante en termes d’investissements et 2019 s’annonce déjà comme étant une bonne année». Le Mipim est aussi l’occasion de «montrer comment le secteur de l’immobilier parvient à intégrer la technologie au service des personnes et que le développement durable permet de mieux envisager la croissance importante que vit actuellement le pays».

Étienne Schneider , ministre de l’Économie, est quant à lui revenu sur le développement économique du pays, en rappelant que le gouvernement a toujours su prendre des risques lorsque cela était nécessaire. «Cette approche permet de rester attractif pour les investisseurs et leur donne envie de croire dans le futur de notre pays. Il faut avoir le courage de faire quelque chose de nouveau, avec le besoin constant de se réinventer et le secteur de l’immobilier témoigne de cette dynamique.»

222363.jpg

Étienne Schneider (vice-Premier ministre), Lydie Polfer (bourgmestre de la Ville de Luxembourg), Martine Schommer (ambassadrice du Luxembourg en France) et Carlo Thelen (directeur de la Chambre de commerce). (Photo: DR)

Madame Polfer , bourgmestre de la Ville de Luxembourg, a rappelé que «Luxembourg est une ville en constante mutation. Le boulevard Royal en est le parfait exemple puisque nous sommes actuellement à la quatrième génération de bâtiments construits le long de cette artère. Il y a d’abord eu la fortification, puis les villas près des parcs au 19e siècle, les premiers immeubles administratifs dans les années 1960 et 70, et aujourd’hui, avec le projet phare du Royal-Hamilius, nous participons à la quatrième génération de constructions.»

Par ailleurs, Martine Schommer, ambassadrice du Luxembourg en France, a rappelé que «Luxembourg est un des rares pays en Europe à avoir une population croissante et que cela attire les investisseurs». Et qu’il est aussi important de découvrir la diversité de l’offre d’affaires au Luxembourg et que cette réception est une bonne occasion pour cela.

Pas que du glamour

Sur le stand luxembourgeois, les participants à la cérémonie sont unanimes pour reconnaître que, même si c’est à Cannes et qu’il y a beaucoup de fêtes, le Mipim est surtout une occasion unique de rencontrer tout le monde en peu de temps. «Le Mipim permet de rencontrer les personnes avec qui on travaille régulièrement, mais dans un cadre décontracté», confirme Madame Sonja Gengler, chef du Service de l’urbanisme de la Ville de Luxembourg. Pour Frank Rosenbaum , CEO de CBRE Luxembourg, «le Mipim est l’occasion de rencontrer des fonds d’investissement qui sont habituellement à Paris ou à Bruxelles. Toutefois, je préfère organiser mes rendez-vous à l’extérieur du salon, c’est plus calme et plus discret.»

Par contre, pour les architectes, le Mipim n’est pas le lieu pour décrocher de nouveaux contrats. «Nous avons des discussions, faisons de nouvelles rencontres, mais ce n’est pas le lieu où nous recevons de nouveaux projets», confie Nico Engel de Beng Architectes Associés. Par contre, pour Türkan Dagli, «c’est l’occasion d’être inspiré par des projets internationaux et se faire de nouveaux contacts avec des collègues étrangers».

Le Mipim est surtout et avant tout une très belle opportunité pour faire du networking.

Frank Vansteenkiste,  Président,  Agora

Du côté des développeurs, comme Agora, «le Mipim est à la fois l’occasion de rencontrer les investisseurs du Benelux et de dire merci à nos partenaires, notamment lors de la soirée que nous organisons tous les ans», explique Frank Vansteenkiste, président d’Agora. Car le Mipim est surtout et avant tout une très belle opportunité pour faire du networking. «Il y a quelques années, nous étions présents au Mipim avec la maquette de la Cloche d’Or», explique Michel Knepper, directeur des opérations de Grossfeld PAP. «Mais nous nous sommes rendu compte que cela ne servait pas à grand-chose, ce sont surtout les relations humaines qui comptent ici.»

C’est un événement incontournable pour nous.

Olivier Bastin,  CEO,  Immobel

Même son de cloche pour Olivier Bastin , CEO d’Immobel: «Le Mipim est une occasion à ne pas rater pour obtenir des informations qui nous permettent d’avoir accès au foncier. Il faut rester visibles, participer aux salons, aux cocktails, pour rester sur le radar et ne pas sortir du marché.

Grâce au Mipim 2018, nous avons pu avoir une prise de participation dans le projet Laangfur au Kirchberg, par exemple. C’est un événement incontournable pour nous. Et pour cette année, tous les indicateurs sont positifs. Si quelqu’un se plaint aujourd’hui, il doit changer de métier!»