ENTREPRISES & STRATÉGIES
IMMOBILIER

Solène Genton - MArketing & communication director

«Le Luxembourg a plus que sa place au Mipim»



221402.jpg

Installé sur la Croisette, le Mipim s’étend sur 21.000m 2 et attire 26.000 visiteurs. (Photo: V. Desjardins - Images & Co)

Pour la 14e année consécutive, le Luxembourg descend sur la Croisette, afin de s’imprégner des grandes tendances du secteur immobilier et d’y nouer de nouveaux partenariats. Entretien avec Solène Genton, marketing & communication director du Mipim.

Cet article est paru dans le Paperjam Plus –  Spécial Mipim .

Le Mipim est un événement profession nel B2B dédié au monde de l’immobilier. Durant quatre jours, tous les acteurs de la chaîne de valeur de l’immobilier s’y retrouvent: autorités locales et villes, institutions financières et décisionnaires, promoteurs, développeurs et constructeurs, investisseurs, architectes, mais également acteurs du résidentiel, de la logistique, des bureaux, du tourisme, de l’horeca, du health care, etc. Salon international, le Mipim accueille des visiteurs et exposants du monde entier. Plus de 100 pays sont ainsi représentés.

Quel est le rôle du Mipim? Que viennent y chercher les visiteurs et exposants?

«Partenaire de la communauté de l’immobilier, le Mipim vise à mettre en relation tous les acteurs qui participent au développement de l’immobilier, qui doivent prendre les bonnes décisions, obtenir des éclairages et débattre sur les enjeux du marché.

Une présence au Mipim durant quatre jours équivaut à six mois de prospection.

Solène Genton,  Marketing & communication director,  Mipim

Le Mipim est le lieu où se discutent et se concluent les grands investissements de demain. L’événement rassemble en effet 5.400 investisseurs, ainsi que les plus grands fonds souverains. Parmi le top 50 des plus grands investisseurs au monde, 32 ont confirmé leur venue. Les différentes entreprises présentes ont l’opportunité de rencontrer d’autres acteurs du secteur et d’amorcer des partenariats. On dit qu’une présence au Mipim durant quatre jours équivaut à six mois de prospection.

Parallèlement, le Mipim, à travers les conférences et événements organisés, aborde les principaux enjeux et les grandes tendances du futur. Face aux problématiques de mobilité, au changement climatique, aux logiques de flexibilité, le marché de l’immobilier doit évoluer, l’urbanisme doit être adapté, et les financements des projets, repensés. En véritable vitrine du marché, le Mipim est également l’événement durant lequel sont mis en avant les plus grands projets immobiliers du monde, représentant tous les segments de ce secteur – bureaux, résidentiel, hôtellerie, commercial, industriel et logistique – à différents stades de développement et de maturité.

Quels seront les moments forts de cette 30e édition?

«Chaque année, le Mipim vit au rythme d’une thématique générale. Pour cette 30e édition, les débats et conférences seront axés sur le sujet ‘Engaging the future’. La volonté est d’identifier les leviers d’investissement et de décision pour le marché de l’immobilier de demain, afin d’assurer la cohésion des populations, ainsi qu’une croissance pérenne et durable du secteur dans les prochaines années. Dans ce contexte, nous aurons la chance d’accueillir Ban Ki-moon, huitième secrétaire général des Nations unies, qui partagera sa vision des grands défis mondiaux, du changement climatique et des bouleversements économiques actuels lors de la keynote d’ouverture, le 12 mars. Tous ces enjeux doivent en effet être pris en compte par les acteurs du monde de l’immobilier, afin de faire évoluer le secteur, au service d’une ville, d’un pays et de sa population.

Donner davantage de visibilité et de place aux jeunes, qui sont les utilisateurs d’aujourd’hui et les décideurs de demain.

Solène Genton,  Marketing & communication director,  Mipim

Dans cette même optique, nous souhaitons donner davantage de visibilité et de place aux jeunes, qui sont les utilisateurs d’aujourd’hui et les décideurs de demain. À cet égard, nous lançons cette année le ‘Young Leaders Summit’, un grand débat intergénérationnel, basé sur une consultation citoyenne et dédié à la ville du futur. Avec cet événement intégralement centré sur les générations actuelles et futures, nous proposons de creuser les points de divergence entre elles et de déterminer les réponses qui peuvent y être apportées, afin d’envisager les 30 prochaines années sous l’angle d’une croissance durable. Il s’agit de mieux identifier les décisions d’urbanisme et d’investissement à prendre, l’utilisation des bâtiments à encourager, les compétences, métiers et filières à développer pour répondre aux besoins de demain.

On constate que les family offices cherchent à investir de plus en plus dans l’immobilier. Cette tendance sera-t-elle prise en compte au Mipim?

«Les family offices se tournent en effet aujourd’hui de plus en plus vers les investissements immobiliers et affichent une vraie volonté de se positionner sur ce marché. Pour répondre à cette évolution, nous avons créé un sommet autour de ce profil d’investisseur émergent, particulièrement au Luxembourg. Baptisé ‘RE-Allocate’, cet événement se déroulera le 13 mars et aura pour vocation de permettre aux family offices d’échanger sur le poids et l’intérêt que peut présenter cette classe d’actifs dans le cadre de la gestion d’un portefeuille d’investissements.

Le Grand-Duché fait partie de notre top 10 en matière de visiteurs.

Solène Genton,  Marketing & communication director,  Mipim

Le Luxembourg revient d’année en année au Mipim. Quelle place occupe-t-il aujourd’hui au sein de votre foire? «Fidèle au Mipim, le Luxembourg y participe pour la 14e année consécutive. Avec près de 200 sociétés participantes, le Grand-Duché fait partie de notre top 10 en matière de visiteurs. Le Luxembourg représente également plus d’une quinzaine d’investisseurs, un nombre élevé au regard de la taille et de la démographie du pays. Le 13 mars se tiendra la réception officielle du Grand-Duché de Luxembourg, durant laquelle nous aurons le privilège d’accueillir monsieur Étienne Schneider , vice-Premier ministre et ministre de l’Économie, ainsi que madame Lydie Polfer , bourgmestre de la Ville de Luxembourg.

En tant qu’organisateur, en quoi est-ce important que le Grand-Duché soit présent au Mipim? Qu’est-ce que cela vous apporte?

«Il est essentiel pour nous d’attirer sur notre événement des pays d’Europe, dont le Luxembourg, car le continent conserve une position-clé et d’avant-garde en matière d’immobilier. Les États européens réfléchissent en effet à la manière dont on peut repenser nos quartiers, en intégrant la dimension de smart cities, en répondant aux besoins de flexibilité, en optimisant les ressources disponibles, etc., afin d’investir de manière rentable et durable.

Par sa gestion des populations et des flux transfrontaliers, le Grand-Duché présente également une logique singulière à mettre en avant au Mipim. Sa situation implique de penser les projets immobiliers, la mobilité et l’urbanisme de façon visionnaire, en mettant autour de la table quatre pays. Cette démarche pionnière est susceptible d’intéresser et d’inspirer d’autres pays présents au Mipim et qui connaissent des situations similaires.

Le Grand-Duché renforce son attractivité aux yeux des investisseurs institutionnels et étrangers.

Solène Genton,  Marketing & communication director,  Mipim

Enfin, le Mipim étant le rassemblement des grands investisseurs de l’immobilier, le Luxembourg nous intéresse en tant que place financière. Avec tous les efforts consentis par le pays en matière d’explication des mécanismes d’investissement et de résistance aux crises économiques, le Grand-Duché renforce son attractivité aux yeux des investisseurs institutionnels et étrangers. Les pays qui sont stables, qui s’inscrivent dans la durée, qui sont clairs sur les grands enjeux qui les concernent, présentent en effet le plus grand attrait. Pour toutes ces différentes raisons, le Luxembourg a plus que sa place au sein du Mipim.

Le Mipim constitue l’une des foires les plus importantes d’Europe en matière d’immobilier. Comment veillez-vous à rester attractifs aux yeux des exposants et des visiteurs?

«Nous avons la chance de pouvoir encore conjuguer volume et valeur sur notre plate-forme. Nous collaborons avec toutes les classes d’actifs de l’immobilier, tous les maillons de la chaîne, issus de tous les grands pays, représentant tout ce qui se passe dans le monde en matière d’immobilier. Nous devons continuer à exploiter cette diversité.

À nous d’identifier les bons experts, académiciens ou gens de terrain, qui ont des déclarations ou des visions pertinentes à partager sur ces enjeux.

Solène Genton,  Marketing & communication director,  Mipim

Parallèlement, nous restons en veille en permanence et travaillons sur les prospectives et les études réalisées dans le domaine afin de garder un temps d’avance, d’agir comme un ‘laboratoire d’idées’. De cette manière, nous pouvons permettre à nos visiteurs d’échanger sur les grands sujets d’avenir et de déceler la manière dont ces derniers s’intègrent dans leur quotidien. À nous d’identifier les bons experts, académiciens ou gens de terrain, qui ont des déclarations ou des visions pertinentes à partager sur ces enjeux. À nous de mettre en place les bons formats de conférences, d’aborder des thématiques judicieuses pour faciliter la discussion entre les différents acteurs de la chaîne de valeur et leur permettre de construire l’immobilier de demain.»