POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

élections sociales

L’Aleba sous la barre des 50% à la CSL



222160.jpg

Les résultats dévoilés dimanche ont suscité un peu de déception dans le chef de Laurent Mertz, le secrétaire général de l’Aleba. (Photo: Matic Zorman / Archives)

Tous les résultats des élections sociales sont désormais connus, notamment en ce qui concerne la Chambre des salariés. Le LCGB gagne trois sièges, tandis que dans le groupe 4, l’Aleba repasse sous la barre des 50%.

Les derniers résultats des dépouillements en ce qui concerne les élections à la CSL sont tombés ce week-end. Si le verdict était connu pour la plupart des groupes, il manquait encore les groupes 4 (services et intermédiation financiers), 5 (autres services) et 9 (retraités).

Globalement, sur les 60 élus à la CSL, l’OGBL en compte désormais 35 et en perd donc 3. Ceux-ci passent directement au LCGB, qui compte désormais 18 représentants pour 15 en 2013. L’Aleba conserve 4 élus, mais passe sous la barre des 50% dans le groupe 4, le FNCTTFEL 2 et Syprolux 1.

En ce qui concerne le groupe 9, l’OGBL a récolté 60,09% des voix et garde 4 sièges. En 2013, il avait remporté 55,55% des voix. Le LCGB est à 32,05%, en légère baisse par rapport à 2013 (33,64%), et conserve ses 2 sièges. L’Aleba a obtenu 7,31% des suffrages.

Roeltgen suppléant

Dans le groupe 5, les lignes bougent un peu. Si l’OGBL reste ultra-dominant avec 65,96% (pour 65,68% en 2013), le LCGB a pu compter sur un transfert des voix du NGL-SNEP, qui ne présentait plus de liste. Du coup, il passe de 28,44% en 2013 à 24,04% cette année. De quoi prendre un siège à l’OGBL. La répartition est donc de 9 sièges pour l’OGBL et de 5 pour le LCGB. On notera que le président de l’OGBL,  André Roeltgen , n’est «que» suppléant.

Les résultats du groupe 4 «services et intermédiation financiers» étaient évidemment très attendus. L’Aleba passe sous la barre des 50% avec 49,22% des voix. Il était à 50,39% jusqu’à présent. L’OGBL a obtenu 31,58% des votes pour 32,30% en 2013, tandis que le LCGB progresse en passant de 17,28% à 19,20%.

Déception et frustration

Le résultat a suscité un peu de déception dans les rangs de l’Aleba. «Déception tout d’abord au regard du taux de participation. 30%, c’est peu et cela démontre qu’il y a encore du travail à faire, afin de faire connaître le travail de la CSL», commente Laurent Mertz , le secrétaire général de l’Aleba. Mais aussi un peu de frustration. «On repasse sous les 50%, donc c’est un peu frustrant au regard des bons résultats dans le cadre des élections des délégations du personnel. Mais nous restons le premier syndicat du groupe, largement, et nous comptons toujours quatre élus sur huit.»

Un CA à l’Aleba mardi midi

Reste à savoir comment l’avenir s’annoncera. S’allier avec un autre syndicat? «C’est toujours mieux quand on a des supporters, c’est certain», analyse encore Laurent Mertz. «On va en tout cas discuter avec les autres syndicats. Nous souhaitons de toute façon conserver la représentation sectorielle. Ce qui serait assez logique. L’Aleba reste la première force syndicale dans le groupe et au sein des délégations.» Le conseil d’administration de l’Aleba se réunira pour en discuter dès ce mardi midi.

La représentation sectorielle donne le droit de signer seul une convention collective. Comme l'Aleba pouvait le faire ces dernières années, fort de ses plus de 50%. Les chiffres sont cette fois différents: moins de 50%, mais une majorité de sièges et d'élus dans les délégations du personnel. Ce sera au ministère du Travail de trancher. «On verra, c'est un cas de figure que je n’ai jamais connu auparavant», conclut Laurent Mertz.