POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Présentation à la Chambre

Le budget 2019 de l’État en résumé



Pierre Gramegna veut délivrer une carte de visite du pays au travers du budget 2019. (Photo: Capture d’écran / Chambre des députés)

Pierre Gramegna veut délivrer une carte de visite du pays au travers du budget 2019. (Photo: Capture d’écran / Chambre des députés)

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a présenté ce mardi matin le projet de budget de l’État pour l’exercice 2019, placé sous le signe des investissements «records» et des mesures sociales. Coup d’œil sur les premiers chiffres-clés disponibles.

Le projet de budget 2019 expliqué mardi aux alentours de 9h à la Chambre par Pierre Gramegna est «la carte de visite du pays», selon le ministre des Finances (DP), qui faisait allusion au support sur lequel figure un QR code qui mène vers les données du budget.

La feuille de route budgétaire prévue par le gouvernement pour 2019 fait  l’objet d’un site internet  dédié.

Vers un équilibre en fin de mandat

Voici les premiers chiffres-clés du budget communiqués par le ministère des Finances:

-      Le solde de l’Administration publique à 632 millions d’euros, soit 1% du PIB. Un surplus qui devrait progresser tout au long de la période 2019-2022 pour atteindre 1,4 milliard d’euros en 2022, soit 2% du PIB.

-      Des dépenses de l’Administration centrale pour 19,6 milliards d’euros.

Cet effort est nécessaire pour mettre les infrastructures de notre pays à jour et augmenter la qualité de vie des citoyens.
Pierre Gramegna

Pierre Gramegna,  ministre des Finances

-      Une hausse de 5,8% des dépenses de l’Administration centrale: 48% des dépenses sont dédiées aux prestations sociales et transferts de revenus, 23% des dépenses sont liées aux rémunérations et 13% aux investissements publics.

-      «Pour la première fois, les investissements publics dépassent le niveau de 2,5 milliards ou 4,4% du PIB», déclare Pierre Gramegna dans un communiqué publié ce matin. «Cet effort est nécessaire pour mettre les infrastructures de notre pays à jour et augmenter la qualité de vie des citoyens.»

-      Des recettes pour 18,9 milliards d’euros, soit une hausse de 1,6% par rapport à 2018.

-      Le solde de l’Administration centrale s’établit en 2019 à -650 millions d’euros. «Au cours des prochaines années, il connaîtra une amélioration progressive, pour retrouver un niveau proche de l’équilibre en 2022», précise le communiqué du ministère des Finances.

14,8% de dette en 2022

Le gouvernement a aussi dressé son «Projet de plan budgétaire 2018-2019» sur base du projet de budget pour cette année.

La dette qui s’établit à 20,2% du PIB en 2019 (contre 23,7% fin 2013) «poursuivra sur une trajectoire baissière pour atteindre 18,4% du PIB en 2022. Elle restera donc nettement en dessous du seuil de 30% du PIB prévu dans l’accord de coalition , voire du seuil de 60% prévu par les textes européens», note le communiqué.

Le budget en un coup d’œil