ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

Jeune Barreau

Une jeune avocate primée à Montréal



264907.png

Me Laurie Lougsami, 28 ans, s’est démarquée face à ses neuf concurrents d’autres barreaux francophones. (Photo : Jeune Barreau)

Me Laurie Lougsami a remporté le Prix Paris-Montréal de la francophonie 2019 au nom de la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg.

Une délégation du Jeune Barreau participe chaque année à la rentrée judiciaire des barreaux de Montréal et de Québec début septembre. Avec cette fois un titre à ramener dans leurs bagages: Me Laurie Lougsami, assermentée en septembre 2018 et junior associate chez Allen&Overy, a brillé lors du concours de plaidoirie. 

Devançant ses concurrents des barreaux de Versailles, Bruxelles, Québec, Montréal, Paris, Genève, Toulouse, des Hauts-de-Seine et de Lausanne, elle a reçu le Prix Paris-Montréal de la Francophonie 2019 organisé au sein de la Cour d’appel du Québec à Montréal.

Les participants devaient faire montre de leur éloquence sur le thème «Le poisson-volant est-il un oiseau manqué?». Me Lougsami s’est distinguée «pour ses talents d’oratrice incontestables, mais également pour la qualité de son discours dénonçant la caractérisation systématique des individus et la nécessité de s’éloigner des ‘étiquettes’ infligées par la société», précise la Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg.

Dix concurrents à la barre

«Nous sommes très fiers de Laurie, car le concours de Montréal est le plus relevé et le plus solennel», ajoute Me Kauffman, président du Jeune Barreau. «C’est celui qui compte le plus de participants – 10, contre 4 ou 5 dans la plupart des autres concours. C’est aussi notre plus grand Barreau ami.» Le Jeune Barreau participe ainsi à plusieurs concours internationaux chaque année.

Me Lougsami avait terminé deuxième du concours national d’éloquence organisé dans le cadre de la rentrée judiciaire du Jeune Barreau de Luxembourg en juin dernier. «Les jours précédents étaient très stressants, mais sur le moment, c’est une expérience très enrichissante et cela donne l’occasion de réfléchir à des sujets légers alors que nous travaillons souvent sur des sujets très sérieux!», témoigne l’avocate de 28 ans.