COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

3 questions à Laurie Lougsami (Allen & Overy)

«Je pense faire partie d’une génération ayant grandi avec énormément de liberté»



Laurie Lougsami: «Pour les personnes de ma génération qui ont défini le travail comme faisant partie de leurs priorités, il ne s’agira pas uniquement de trouver un métier, mais surtout de trouver une vocation, ce qui peut expliquer les difficultés parfois rencontrées pour trouver un travail qui nous convienne vraiment.» (Photo: DR)

Laurie Lougsami: «Pour les personnes de ma génération qui ont défini le travail comme faisant partie de leurs priorités, il ne s’agira pas uniquement de trouver un métier, mais surtout de trouver une vocation, ce qui peut expliquer les difficultés parfois rencontrées pour trouver un travail qui nous convienne vraiment.» (Photo: DR)

En amont de l’événement 10x6 Talents: Next Generation organisé par le Paperjam Club le jeudi 10 septembre au Domaine thermal de Mondorf-les-Bains, l’une des oratrices, Laurie Lougsami (Allen & Overy), partage sa vision du travail.

Selon vous, en quoi la perception du travail des générations Y et Z diffère-t-elle de celle des générations précédentes?

Laurie Lougsami. – «Je pense faire partie d’une génération ayant grandi avec énormément de liberté quant à ses perspectives de vie et de carrière. D’une part, avec la globalisation, il est possible de s’installer au bout du monde si on le souhaite, ce qui implique que l’on ait accès à une palette de carrières, mais également à des modèles de vie et de réussite beaucoup plus variés. D’autre part, avec la démocratisation de l’accès aux études, ma génération a également pu concrètement expérimenter le résultat de la mobilité sociale. Par exemple, je pense qu’il y a trente ou quarante ans, en tant que fille d’ouvrier immigré de première génération et venant d’un milieu où personne n’avait fait d’études universitaires auparavant, le choix de faire des études de droit ou de me lancer dans la profession d’avocat m’aurait paru inaccessible.

Néanmoins, qui dit liberté dit également responsabilité, à savoir la responsabilité de choisir pour soi la direction que l’on souhaite donner à sa vie, et c’est là qu’apparaît pour moi la différence de perception du travail entre les deux générations. À l’heure actuelle, je crois qu’on ne choisit plus uniquement un travail pour le statut, pour des raisons financières ou par contrainte vis-à-vis du carcan familial. En choisissant un travail, on choisit également un style de vie et on définit donc des priorités.

Dans cette réflexion, je crois que pour les personnes de ma génération qui ont défini le travail comme faisant partie de leurs priorités, il ne s’agira pas uniquement de trouver un métier, mais surtout de trouver une vocation, ce qui peut expliquer les difficultés parfois rencontrées pour trouver un travail qui nous convienne vraiment.

Quelles motivations intrinsèques sont vectrices d’engagement pour un millennial?

«Je crois que les points les plus importants sont la recherche de sens, l’alignement avec les valeurs qui nous sont propres, la volonté de s’épanouir et de s’améliorer ainsi que le partage.

Je sais par exemple que pour beaucoup de personnes de ma génération, le fait de travailler dans un milieu où l’on est en mesure de s’améliorer techniquement et de s’épanouir personnellement sont des critères primordiaux.

De même, le fait d’entretenir de bons rapports avec ses collègues et de se sentir suffisamment soutenu(e) pour sortir de sa zone de confort ou pour pouvoir discuter des difficultés rencontrées est également primordial pour beaucoup d’entre nous.

Votre âge vous a-t-il déjà porté préjudice dans le monde du travail?

«Pas jusqu’à présent. Même si je travaille dans un milieu qui reste hiérarchisé dans une certaine mesure, j’ai la chance de collaborer au sein d’une équipe où l’échange est important et où l’avis de chacun compte, peu importe l’âge ou le niveau d’ancienneté.

En outre, le droit étant une matière en constante évolution et où, dans la plupart des cas, les réponses ne sont pas clairement établies, je pense qu’il est d’autant plus essentiel de pouvoir débattre des différents points de vue possibles. Dans ce débat, je crois que la contribution de chacun est importante peu importe l’expérience, l’âge ou le titre. C’est d’ailleurs cette confrontation d’idées qui, à mes yeux, fait du droit une matière aussi passionnante!

Ainsi, finalement, ce qui importe le plus, ce sont vos compétences, votre implication et vos réflexions, peu importe votre âge.»

Vous pouvez vous inscrire à l’événement 10x6 Talents: Next Generation.