ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

3 questions à Hjoerdis Stahl (POST Courrier)

«L’image du dirigeant dans sa tour d’ivoire est révolue»



Hjoerdis Stahl: «Je suis totalement contre [les quotas dans les instances dirigeantes des entreprises]. Même si la représentation des femmes aux fonctions dirigeantes des entreprises doit encore progresser, nous pouvons tout de même compter sur de beaux exemples de réussite sans devoir passer par les quotas.» (Photo: Maison Moderne/archives)

Hjoerdis Stahl: «Je suis totalement contre [les quotas dans les instances dirigeantes des entreprises]. Même si la représentation des femmes aux fonctions dirigeantes des entreprises doit encore progresser, nous pouvons tout de même compter sur de beaux exemples de réussite sans devoir passer par les quotas.» (Photo: Maison Moderne/archives)

En vue de l’événement 10x6 Women: 100 femmes pour diriger, organisé par le Paperjam + Delano Club le 25 février 2021, Hjoerdis Stahl (POST Courrier) nous expose sa vision de la diversité dans les entreprises.

Aujourd’hui, qu’est-ce qu’une femme dirigeante en entreprise?

Hjoerdis Stahl . – «Il ne faut pas aborder cette question uniquement sous le prisme du genre, mais considérer l’évolution du rôle du dirigeant – qu’il soit femme ou homme – durant les dernières années. Lorsque j’étais plus jeune, il m’arrivait de vouloir parvenir à une fonction dirigeante en imaginant qu’elle serait ‘plus reposante’. Si cette représentation du dirigeant privilégié a pu se vérifier par le passé dans certaines structures, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. L’image du dirigeant qui trône dans sa tour d’ivoire est révolue, d’autant plus dans des secteurs opérationnels comme le courrier et la logistique. Le dirigeant d’entreprise doit donner l’exemple. Il doit être au plus près de ses collaboratrices et de ses collaborateurs. En revanche, je suis d’avis que les femmes peuvent mettre à profit leur approche singulière, leur intelligence émotionnelle, pour développer leur leadership, qui devient de facto différent de celui des hommes.

Pour ou contre les quotas au niveau des instances dirigeantes des entreprises? Pourquoi?

«Je suis totalement contre. Même si la représentation des femmes aux fonctions dirigeantes des entreprises doit encore progresser, nous pouvons tout de même compter sur de beaux exemples de réussite sans devoir passer par les quotas. Les entreprises modernes comprennent que la diversité est importante, voire indispensable, pour leur avenir. Notre différence est une source de richesse. Je dis d’ailleurs volontiers aux hommes qu’il ne faut pas avoir peur de cette diversité. Recourir aux quotas n’est pas la bonne méthode, car elle stigmatiserait les femmes qui seraient nommées à des fonctions dirigeantes uniquement pour les remplir. Mais il est possible d’envisager des programmes spécifiques sur le sujet.

Auriez-vous une proposition, une nouvelle idée, pour les entreprises afin d’augmenter la diversité au sein des instances dirigeantes?

«Ma position sur ce sujet a justement évolué depuis cinq ans. Je suis désormais convaincue qu’il est possible de vivre cette question de façon intelligente, avec une réflexion volontariste aux plus hauts échelons de l’entreprise. C’est un processus de longue haleine, mais cette évolution sera bénéfique pour tous les collaborateurs. Les entreprises ont mis en place des programmes dans différents domaines. Pourquoi ne pas avoir un programme en faveur de la représentation des femmes aux instances dirigeantes? Cela permettrait de mettre tout le monde à l’aise avec le sujet de la diversité – qui est d’ailleurs un des atouts du pays – et de faire sauter progressivement les barrières qui subsistent.»

Vous pouvez vous inscrire à l’événement 10x6 Women: 100 femmes pour diriger, directement sur le site du Paperjam Club. Cet événement en livestream bénéficiera d’une traduction simultanée français-anglais.