LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Un œil sur une œuvre (2/10)

«Guerrier blessé» de Charles Kohl à la Villa Vauban



Charles Kohl a réalisé «Guerrier blessé» en 1956. Cette œuvre est actuellement exposée à la Villa Vauban. (Photo: Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg/C. Weber)

Charles Kohl a réalisé «Guerrier blessé» en 1956. Cette œuvre est actuellement exposée à la Villa Vauban. (Photo: Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg/C. Weber)

Dans le cadre de l’opération «Un été pas comme les autres», Paperjam propose de découvrir une œuvre exposée actuellement au Luxembourg. Cette semaine, partons à la découverte de l’œuvre de Charles Kohl, «Guerrier blessé» de 1956, exposée à la Villa Vauban.

Charles Kohn (1929-2016) est l’un des sculpteurs les plus éminents du Luxembourg. La Villa Vauban lui consacre actuellement une exposition monographique rétrospective qui retrace les grandes périodes de sa carrière.

Avec ses corps souvent fragmentaires et ses têtes sans visage, l’artiste propose une stylisation de l’anatomie humaine en explorant tant la vulnérabilité que la force des corps et des âmes. Formes voilées, guerriers, gens du cirque et cavaliers sont autant de thèmes et moyens d’expression récurrents dans ses œuvres sculpturales et ses dessins.

La sculpture «Guerrier blessé» (1956) est une de ses pièces maîtresses, pourtant réalisée juste après ses études à Paris entre 1948 et 1955. En 1956, il participe au salon du Cercle artistique de Luxembourg et présente le plâtre de cette œuvre pour lequel il se voit décerner le prix Grand-Duc Adolphe.

Voici comment la Villa Vauban explique cette œuvre:

«Cette sculpture imposante représente un guerrier nu, tombé au combat, tenant un bouclier dans sa main droite. Il est renversé sur le dos, touché de deux flèches, dont l’une dans le cœur. La bouche ouverte, tête renversée de douleur, il semble émettre un dernier cri de souffrance. Le traitement du corps est stylisé et rappelle à la fois la sculpture classique, ainsi que les œuvres modernes d’Aristide Maillol et Henry Moore.

La perte de son frère aîné et ses propres expériences pendant la Seconde Guerre mondiale sont probablement à l’origine de son rapport à la peur et au désespoir, tel qu’il se reflète dans l’impuissance qui se manifeste dans ses sculptures.

Les personnages de l’artiste ont en commun d’être vulnérables, jamais ils ne manifestent le moindre signe d’agressivité. Leurs boucliers et leurs armures ne leur servent qu’à se défendre et à encaisser les dégâts. Les combattants de Kohl sont soit représentés dans un moment d’attente, qui exprime un immobilisme plein de tension, soit ses guerriers sont déjà représentés comme des vainqueurs tombés, qui s’avouent vaincus ou supplient de l’aide. Le guerrier et le combattant sont des sujets qui nourriront l’œuvre de Charles Kohl tout au long de sa carrière artistique.»