POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Environnement

Un G7 à Metz très privé



236315.png

Le centre de congrès de Metz , inauguré en septembre dernier, accueillera dimanche son premier événement d’envergure internationale. (Photo: Metz Congrès Robert Schuman/Luc Boegly)

Le sommet de l’environnement qui se tiendra dimanche et lundi à Metz réunit les ministres de tutelle des sept plus grandes puissances économiques du monde.

Bien qu’informelle, l’institution du G7 répond à des codes bien établis. Comme le fait que les sommets sont organisés dans le pays qui endosse la présidence tournante.

En 2019, c’est la France qui accueille donc les six autres puissances économiques du monde que sont les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et le Canada – la Russie tombant sous le coup d’une suspension depuis l’annexion de la Crimée en 2014.

Le choix de la ville hôte – entre Metz, La Baule, Rennes et Strasbourg – a été tranché en janvier dernier. «Centre métropolitain de l’est de la France, la Ville de Metz est engagée de longue date dans la transition écologique et fait figure d’exemple en matière d’action environnementale», expliquait alors le ministre de l’Écologie français, François de Rugy.

«Ses engagements en font une excellente ambassadrice de la mobilisation française face aux défis du dérèglement climatique et de l’érosion de la biodiversité.»

Ni Belgique ni Luxembourg

Un choix qui apporte un coup de projecteur bienvenu sur la Grande Région et suscite une question maintes fois posée au ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable ces jours-ci: pourquoi le Luxembourg n’a-t-il pas été convié?

«Cela n’a rien d’exceptionnel ni de surprenant, étant donné que le Luxembourg ne fait pas partie du G7», répond le ministère. «Cela relève d’un protocole interne au G7.» D’ailleurs, la Belgique, autre pays frontalier proche de Metz, n’a pas non plus été invitée.

Et même si la France a choisi d’élargir ce G7 à d’autres pays, son choix a porté sur des pays concernés par des problèmes environnementaux et/ou climatiques, à savoir le Chili, l’Égypte, le Gabon, les îles Fidji, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique et le Niger. Sachant que la thématique du sommet portera sur la lutte contre le changement climatique et la perte de la biodiversité.