PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Conférences

De la finance durable à tous les étages



250915.jpg

Pierre Gramegna est intervenu au Sustainable Finance Forum, puis à l’ACA. (Photo: LaLa La Photo)

Toute la finance durable s’est donné rendez-vous mercredi 26 juin au Kirchberg. La Philharmonie a accueilli la deuxième édition du Sustainable Finance Forum, tandis que la House of Finance rassemblait la presse autour des principes de l’assurance responsable.

Pierre Gramegna , ministre des Finances, s’est démené en faveur de la promotion de la finance durable mercredi 26 juin. Il est d’abord intervenu au deuxième Sustainable Finance Forum, qui se tenait à la Philharmonie, adoptant d’emblée, comme le reste de l’assistance, son badge nominatif recyclable contenant des graines de fleurs.

Devant un amphithéâtre bondé, il a rappelé que «faire quelque chose pour l’environnement n’est pas seulement une question de bonne ou mauvaise conscience, mais aussi une question de bon business».

«Gouvernement ESG»

Pierre Gramegna souhaite que le Luxembourg reste leader et moteur dans le développement de la finance durable. Il estime ainsi qu’un cadre légal sera pour cela nécessaire, tout comme une taxonomie: «Cela n’a rien à voir avec les taxes!», a-t-il plaisanté. Il s’agit en effet de définir un référentiel d’activités durables, pour limiter le «greenwashing» et permettre à tous les acteurs de parler le même langage. Cette taxonomie, présentée le 18 juin par la Commission européenne, est soumise à consultation jusqu’à mi-septembre.

Pierre Gramegna a également appelé l’industrie à toujours plus de créativité pour inventer de nouveaux supports d’investissement.

Clin d’œil aux critères d’analyse extrafinancière ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), le ministre a déclaré: «Nous avons au Luxembourg un gouvernement ESG: E pour le parti écologiste, S pour le parti socialiste, G pour les libéraux, qui représentent la gouvernance et le lien avec la sphère économique», suscitant alors une salve d’applaudissements.

Le ministre des Finances a enfin sonné la cloche pour célébrer la cotation des obligations vertes de la Banque mondiale sur le Luxembourg Green Exchange .

Avant de s’éclipser à la House of Finance, où l’Association des compagnies d’assurance et de réassurance (ACA) présentait son soutien aux Principes pour une assurance responsable de l’UNEP FI (United Nation Environment Program, Financial Initiative).

Nécessité d’une assurance soutenable

À son arrivée à la House of Finance, Pierre Gramegna plaisante sur «le don divinatoire» qui a fait choisir à l’ACA «un des jours les plus chauds de l’année pour parler de la finance durable et de l’assurance soutenable, comme pour mieux illustrer le bien-fondé de cette initiative».

L’initiative avait pour objectif d’adopter quatre «principles for sustainable insurance» ou PSI, afin de contribuer au développement de l’assurance durable au sein des entreprises d’assurance luxembourgeoises.

«Aujourd’hui, nous avons souscrit aux principes de l’assurance soutenable», déclare le ministre des Finances. L’ACA s’engage ainsi à désormais inclure dans ses processus décisionnels les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance qui relèvent du secteur de l’assurance; à travailler auprès des clients et des partenaires afin d’accroître la prise de conscience, ainsi que la gestion des risques et le développement de solutions; à travailler avec les gouvernements, les régulateurs et les autres acteurs-clés afin de promouvoir de vastes actions à destination de la société sur les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance; à faire preuve de responsabilité et de transparence en publiant régulièrement leurs progrès dans l’application de ces principes.

Le ministre rappelle «l’utilité et la nécessité» de ces principes en évoquant le fait que 2018 fut une des années «les plus catastrophiques en termes de dégâts causés par les catastrophes naturelles non assurées».

«Les conséquences du réchauffement et la nécessité de la finance soutenable sont non seulement un enjeu environnemental, mais aussi un enjeu économique», ajoute-t-il.