POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

solidarité

Face aux conséquences du Covid, Passerell a besoin d’aide



Depuis sa création fin 2016, l’association a reçu 711 demandeurs d’asile ou réfugiés à sa permanence. Ici, une des illustrations de son ouvrage «Réhumanisez-moi». (Illustration: Mauro Doro)

Depuis sa création fin 2016, l’association a reçu 711 demandeurs d’asile ou réfugiés à sa permanence. Ici, une des illustrations de son ouvrage «Réhumanisez-moi». (Illustration: Mauro Doro)

L’association Passerell qui vient en aide aux demandeurs d’asile lance une campagne de récolte de fonds afin de pouvoir compenser la baisse des collectes de fonds et autres dons à laquelle elle doit faire face en raison du Covid-19.

«Comment je pourrais prouver les viols qui sont arrivés là-bas?» «Dans quelle ville vont-ils me transférer et comment je vais faire pour prendre mon insuline en vivant dans la rue?» «Ma petite sœur a 14 ans. Elle est encore à Kaboul. Comment je peux la sortir de là?»

Voici quelques-unes des lourdes questions auxquelles l’association Passerell tente d’apporter une réponse auprès de la dizaine de demandeurs d’asile qui s’adressent à elle chaque jour. Une aide sur leurs droits et le déroulement des procédures rendue possible grâce à son équipe de juristes bénévoles.

Mais le Covid-19 est passé par là et rend difficile de maintenir les moyens nécessaires pour «humaniser le droit d’asile au Luxembourg», selon l’intitulé de sa mission.

«La crise sanitaire du Covid-19 a eu un impact majeur sur l’association. Les événements au cours desquels Passerell génère d’habitude des recettes ont été annulés et des promesses de dons ont été revues à la baisse», résume Passerell, qui vient de lancer une opération de collecte de fonds pour trouver une autre source de financement.

La collecte se déroule via la plateforme Gingo durant 21 jours.

Chaque euro récolté permettra de financer ses actions pour 2020 et pourquoi pas au-delà si la mobilisation est au rendez-vous.

Depuis sa création fin 2016, l’association a reçu 711 demandeurs d’asile ou réfugiés à sa permanence et les a orientés vers ses différents projets. Le récit de ces destins et de ces vies brisées est évoqué dans le dernier opus publié par Passerell avec la collaboration de Maison Moderne et intitulé «Réhumanisez-moi».