POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Rapport ILR

L’électricité verte assure 10% de la consommation



276474.jpg

L’électricité d’origine renouvelable poursuit sa progression au Luxembourg. (Photo: Shutterstock)

Selon les chiffres de l’Institut luxembourgeois de régulation, la part de l’électricité renouvelable d’origine nationale est en constante augmentation dans la consommation totale.

Sur une consommation totale d’électricité de 6.611GWh au Luxembourg, 688GWh sont de sources renouvelables. Pour la première fois, l’électricité verte dépasse le cap de 10% de la consommation (10,4%). Il s’agit aussi d’une croissance du renouvelable de 14% en un an.

Selon les chiffres que l’ILR vient de publier ce 14 octobre sur les marchés du gaz et de l’électricité, on observe que trois quarts de la capacité de production du pays est d’origine renouvelable (315MWh sur un total de 425MWh).

Mais la production du pays (933 GWh) représente un peu moins de 15% de la consommation totale. L’essentiel de la production est encore importé des pays voisins: 386 GWh proviennent de Belgique (147 GWh y ont été importés), 1.302 GWh ont été importés de France et 4.137 GWh d’Allemagne.

Au niveau des tarifs, l’ILR pointe qu’au niveau des ménages, le prix total de l’électricité a augmenté de 5%. Cette hausse s’explique par la hausse des tarifs d’utilisation du réseau. Les prix du gaz naturel ont grimpé de 6% à cause de la hausse des prix du gaz sur les marchés de gros.

Des consommateurs trop passifs

Pourtant, malgré ces hausses, les consommateurs luxembourgeois sont peu réactifs par rapport à la possibilité de changer de fournisseurs. En 2018, 0,1% des ménages ont changé de fournisseur (412 sur 312.815) contre une moyenne de 7,4% au niveau de l’Union européenne.

«Les faibles taux de changement de fournisseur témoignent d’une passivité des consommateurs (...) et d’un manque de dynamisme et d’innovation de la part des fournisseurs», observe l’ILR dans son rapport.

Enfin, le régulateur observe qu’au 30 juin 2019, plus de 80% des compteurs électriques basse tension ont déjà été remplacés par des compteurs intelligents. L’objectif est d’arriver à 95% à la fin 2019.