PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

3 questions à Françoise Thoma (Spuerkeess)

«La diversité ne se limite pas qu’à une question ‘gender’»



Françoise Thoma: «Mener une politique de diversité permet non seulement de valoriser son personnel en agissant contre la discrimination, mais également de répondre au mieux aux besoins très variés des clients grâce à une pluralité d’idées et points de vue au sein de l’entreprise.» (Photo: DR)

Françoise Thoma: «Mener une politique de diversité permet non seulement de valoriser son personnel en agissant contre la discrimination, mais également de répondre au mieux aux besoins très variés des clients grâce à une pluralité d’idées et points de vue au sein de l’entreprise.» (Photo: DR)

En vue de l’événement «10x6 Women: 100 femmes pour diriger» organisé par le Paperjam + Delano Club le 25 février 2021, Françoise Thoma (Spuerkeess) nous expose sa vision de la diversité dans les entreprises.

La diversité est un réel objectif au Luxembourg. Qu’est-ce qui a changé depuis cinq ans au sein des entreprises du Grand-Duché?

Françoise Thoma . – «Ces dernières années, les entreprises prennent de plus en plus conscience du fait que la gestion de la diversité est un moteur de performance sociale et économique.

Dans un contexte multiculturel tel qu’il existe au Luxembourg, les initiatives en faveur de la promotion de la diversité sont multiples et les ‘best practices’ se partagent dans les réseaux communs. Les employeurs adhèrent aux principes de la diversité et ont compris que les nouvelles générations de talents se tournent instinctivement vers des entreprises responsables où chacun peut s’épanouir avec ses spécificités.

Finalement, mener une politique de diversité permet non seulement de valoriser son personnel en agissant contre la discrimination, mais également de répondre au mieux aux besoins très variés des clients grâce à une pluralité d’idées et points de vue au sein de l’entreprise. C’est ce constat qui mobilise de plus en plus les entreprises à intégrer la diversité dans leur stratégie RH.

Comment définir la véritable diversité? Quels sont les principaux freins à cette diversité?

«Les principaux obstacles à la diversité restent les perceptions individuelles influencées profondément par des biais inconscients, qu’il s’agisse de préjugés ou de stéréotypes.

Ensuite, il faut rappeler que la diversité prend de multiples facettes. Elle ne se limite pas à une question ‘gender’, qui occupe souvent le devant de la scène, mais porte aussi sur des thématiques d’âge, de génération, de compétences, d’origines, de styles, etc. Une multitude de facettes sont donc à prendre en compte.

Un focus sur l’un ou l’autre aspect, par opposition à une approche globale de la question, constituerait donc un frein concret à une véritable diversité dans les entreprises.

Pour ou contre les quotas? Pourquoi?

«La mise en place de quotas est un débat chronique dans les entreprises, avec des arguments en faveur et en défaveur. D’un côté, l’introduction de quotas peut constituer un catalyseur pour la mixité, mais, de l’autre côté, ils risquent de discriminer, par exemple dans le contexte de l’égalité homme/femme, des hommes compétents en course contre des femmes pour un poste défini ou encore de faire naître l’impression qu’une femme a été retenue pour des considérations d’égalité plutôt que de compétences.

La diversité est importante, mais devrait être encouragée par d’autres moyens que les quotas. Les compétences ainsi qu’une parfaite adéquation entre le profil de l’employé(e) et le poste en question devront constituer les éléments décisifs dans l’attribution des missions ou nominations. Il faudra donc être particulièrement vigilant au concept de la ‘discrimination positive’, qui pourrait mener à faire des choix sur base de l’identité et non pas sur base des mérites et compétences de la personne.»

Vous pouvez vous inscrire à l’événement «10x6 Women: 100 femmes pour diriger» directement sur le site du Paperjam Club.  Cet événement en livestream bénéficiera d’une traduction simultanée français-anglais.