POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

Delta, le variant qui retarde le retour à la normale



Si le rythme de la vaccination n’accélère pas, le nombre d’infections pourrait être aussi élevé à l’automne qu’il l’était l’an dernier à la même période, prévient le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. (Photo: Shutterstock)

Si le rythme de la vaccination n’accélère pas, le nombre d’infections pourrait être aussi élevé à l’automne qu’il l’était l’an dernier à la même période, prévient le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. (Photo: Shutterstock)

Si les infections au variant Delta du Covid-19 restent largement en dessous des plus mauvais jours, sa recrudescence inquiète les autorités. Après une alerte européenne lancée mercredi, Israël, le Portugal et la France retardent leur retour à la normale.

Depuis le 23 juin, le variant Delta du Covid-19 a sa propre rubrique sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Détecté pour la première fois en Inde, et devenu prédominant au Royaume-Uni, il deviendra majoritaire en Europe d’ici la fin août, a prévenu l’ECDC.

Selon ses modélisations, 70% des nouvelles infections au Sars-CoV-2 devraient être dues à ce variant dans l’Union européenne d’ici début août, et 90% des infections d’ici la fin août.

«Le risque global d’infection par le Sars-CoV-2 lié à l’augmentation attendue de la circulation du Delta-CoV pour la population est considéré comme faible pour les sous-populations complètement vaccinées, et élevé à très élevé pour les sous-populations partiellement ou non vaccinées», dit le Centre.

Sa directrice, Andrea Ammon, a appelé à une accentuation des vaccinations. «Malheureusement, les données préliminaires montrent qu’il peut également infecter les individus qui n’ont reçu qu’une seule dose des vaccins actuellement disponibles. Il est très probable que le variant Delta circule abondamment pendant l’été, en particulier chez les individus plus jeunes qui ne sont pas ciblés pour la vaccination. Cela pourrait entraîner un risque d’infection pour les personnes les plus vulnérables, et des maladies graves ainsi que des décès si elles ne sont pas complètement vaccinées.»

Selon elle, «la bonne nouvelle est que le fait d’avoir reçu deux doses de l’un des vaccins actuellement disponibles offre une protection élevée contre ce variant et ses conséquences. Cependant, environ 30% des personnes âgées de plus de 80 ans et environ 40% des personnes âgées de plus de 60 ans n’ont pas encore reçu un cycle complet de vaccination dans l’Union européenne.»

Si aucune mesure supplémentaire n’est prise,  le nombre d’infections à l’automne pourrait être similaire à celui de l’automne 2020 , avertit l’ECDC.

L’Inde a appelé à «prendre des mesures de confinement immédiates», et demande «la prévention des foules et des brassages de population, des tests généralisés, un traçage rapide, ainsi qu’une couverture vaccinale prioritaire». Le Royaume-Uni relance son séquençage pour «répondre en toute priorité» à ces cas, après avoir, dès la mi-juin, différé son retour à la normale de quatre semaines supplémentaires.

Ce vendredi, Israël, où 55% de la population est vaccinée, confirme que le pays reste fermé aux non-résidents un mois de plus et qu’il n’est plus question de supprimer le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés. Certains touristes en petits groupes et venant de certains pays seront toutefois autorisés à entrer, à condition de faire deux tests PCR – un réalisé 72 heures avant le départ et un à l’arrivée – ainsi qu’un test sérologique, a indiqué à l’AFP une porte-parole du ministère du Tourisme.

Jeudi, le Portugal, qui est le pays le plus touché de l’UE par le variant Delta, même si le nombre d’infections reste largement inférieur aux autres variants, a décidé d’interrompre la levée progressive des restrictions sanitaires dans l’ensemble du pays, et de mettre Lisbonne et la station balnéaire d’Albufeira, dans la région de l’Algarve, sous cloche: les cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d’accueil.

Jeudi aussi, le Premier ministre français, Jean Castex, a dit s’interroger sur la suppression des jauges dans le sud-ouest de la France.