ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

T1 2012 : SES poursuit sa trajectoire de croissance



Romain Bausch, President et CEO de SES (Photo : SES)

Romain Bausch, President et CEO de SES (Photo : SES)

SES S.A. (NYSE Euronext Paris et Bourse de Luxembourg : SESG) annonce ses résultats financiers pour le trimestre clos le 31 mars 2012.

Faits marquants

  • Chiffre d’affaires en progression de 5,1 % à 450,2 millions d’euros - A taux de change constants, chiffre d’affaires en augmentation de 3,5 %
  • EBITDA en progression de 4,9 % à 337,3 millions d’euros - EBITDA à taux de change constants en hausse de 3,4 %
  • Marge EBITDA de 74,9 %
  • Résultat net part du groupe de 151,2 millions d’euros en hausse de 1,2 %
  • Ratio endettement net / EBITDA de 3,01
  • Carnet de commandes de 6 831 millions d’euros, en hausse par rapport à 6 591 millions d’euros au T1 2011

Romain Bausch, President et CEO de SES, a commenté les résultats de SES en ces termes :

« Les résultats du premier trimestre sont en ligne avec nos attentes et nous anticipons une poursuite du développement de l’activité sur le reste de l’année.

Au cours du trimestre, SES a lancé avec succès le satellite SES-4, le 50ème de la flotte. Mis en service à la mi-avril, ce satellite, qui est le plus grand et le plus puissant de la flotte, va activer jusqu’à 124 répéteurs dans la région de l’Océan Atlantique. Il dessert le continent américain ainsi que la région EMOA, et représente un important moteur de croissance pour le groupe.

L’infrastructure satellitaire a continué de bien développer sa présence sur les principaux marchés de la réception directe en Europe, comme le montre l’enquête Satellite Monitor 2011 publiée en mars. Une étape importante a été franchie lorsque la couverture du marché de la réception par satellites a dépassé celle du câble et de la réception hertzienne, ce qui démontre clairement la préférence du marché pour le satellite.

La TVHD est le moteur de cette évolution positive. Des accords de capacité ont été signés, notamment en Allemagne, suite à l’arrêt de l’analogique à la fin du mois d’avril. Des accords de capacité importants ont par ailleurs été conclus en Amérique latine, au Royaume-Uni et au Moyen- Orient.
Nous nous réjouissons d’avoir été retenus pour accompagner la BBC et BSkyB pour la couverture des Jeux Olympiques de Londres avec 48 chaînes en HD et SD, qui retransmettront tous les grands événements des Jeux. »

Résultats financiers du premier trimestre 2012

Le chiffre d’affaires du premier trimestre, à 450,2 millions d’euros, est en progression de 5,1 % tel que rapporté, et de 3,5 % à taux de change constants. L’EBITDA publié augmente de 4,9 % à 337,3 millions d’euros, et de 3,4 % à taux de change constants. La marge EBITDA consolidée du trimestre est de 74,9 %, avec une marge de 83,7 % dans les activités d’infrastructure et une marge de 15,0 % dans les services.

Les charges d’exploitation ont augmenté de 6,0 millions d’euros (4,3 millions d’euros à taux de change constants) par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent, en raison de la hausse du coût des ventes liée au dynamisme du pôle Services. Hormis cet effet, les charges opérationnelles sont restées stables d’une année sur l’autre. Les charges financières nettes ont progressé de 10,3 millions d’euros par rapport à la même période de l’exercice précédent en raison de la hausse du niveau d’endettement net et de la baisse des gains de change sur la période.

Les dotations aux provisions pour dépréciations ont augmenté par rapport à l’exercice précédent sous l’impact du renforcement de la devise américaine et d’une provision pour dépréciation de 3 millions d’euros liée à une panne de circuits du satellite AMC-16 (voir ci-dessous). Le résultat opérationnel a augmenté de 2 % à 210,5 millions d’euros, alors que le résultat net part du groupe s’élève à 151,2 millions d’euros, contre 149,4 millions d’euros sur la même période de 2011.

Le carnet de commandes de SES s’élève à 6,831 milliards d’euros à la fin du trimestre, contre 6,591 milliards d’euros l’année précédente.

Au 31 mars, le ratio dette nette / EBITDA était de 3,01.

Synthèse des activités opérationnelles

La réorganisation interne de SES mise en œuvre en 2011 a éliminé les structures héritées du passé, et les activités commerciales sont désormais gérées au sein d’équipes régionales. Il s’ensuit entre autres que les actifs en termes de répéteurs seront à l’avenir décrits par zone de couverture satellitaire (Europe, Amérique du Nord, International), au lieu d’être rattachés aux structures historiques (ASTRA, WORLD SKIES North America, WORLD SKIES International) comme par le passé. La couverture régionale correspond cependant largement aux structures héritées du passé. Un document permettant de réconcilier des différences mineures a été publié en début de semaine et est disponible sur le site Internet de SES. Ce document note aussi qu’à partir de 2012, les chiffres publiés à des fins comparatives seront uniquement ajustés pour refléter les effets de taux de change.

Europe :
En Europe, le chiffre d’affaires a augmenté de 3,7 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. La capacité satellitaire s’est accrue de 32 répéteurs par rapport au T1 2011. Cette progression est due aux satellites ASTRA 1F (+16) à 55° Est et ASTRA 1N (+16) à 28,2° Est. L’utilisation de répéteurs a augmenté de 22 répéteurs en 2011, entraînant un taux d’utilisation total élevé de 89,5 % dans la région. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé reste élevé, avec un impact de dilution modeste émanant des nouvelles capacités supplémentaires et de l’arrêt des transmissions analogiques sur trois répéteurs.

L’étude SES Satellite Monitor publiée en mars a confirmé la dynamique de croissance du satellite qui a continué d’élargir sa couverture des principaux marchés européens de la télévision. Le satellite est désormais la première infrastructure de réception télévisuelle en Europe, devançant la réception hertzienne et par câble. La réception directe par satellite est devenue le principal mode de réception des chaînes de télévision pour environ 84 millions de foyers européens. Cela représente une augmentation de 22 % au cours des quatre dernières années, alors que la réception hertzienne a perdu près de 16 millions de foyers et le câble plus de 2 millions de foyers sur la même période. La croissance de la couverture par le satellite est tirée par la réception numérique et la télévision haute définition. SES dessert aujourd’hui, directement et indirectement, 142 millions des 248 millions de foyers TV en Europe, équivalent à un taux de croissance de 5 % sur l’année et à une part de marché de 57 %.

Avec MagtiSat, une nouvelle plateforme de réception directe a été mise en service en Géorgie, à partir de la position orbitale 31,5° Est, offrant une gamme de programmes en définition standard et en haute définition.

Le groupe a enregistré une série ininterrompue de nouveaux contrats, dont une grande partie pour la retransmission en HD sur les principaux marchés. Le groupe M7 a augmenté le nombre des répéteurs utilisés pour les chaînes HD de son bouquet TéléSAT en Belgique. Sky Deutschland a loué un répéteur supplémentaire pour la HD en Allemagne ; RTL a loué un répéteur supplémentaire et a annoncé que Super RTL HD ralliera la plate-forme HD+. L’Autorité des Médias de la Bavière a également loué des capacités pour la programmation en définition standard en Allemagne. Globecast a signé un contrat pluriannuel pour le marché britannique portant sur la location de plusieurs répéteurs de la flotte ASTRA à 28,2°Est.

En France, TNTSAT, le distributeur par satellite des chaînes TNT terrestres, a annoncé que le nombre total de décodeurs achetés par les consommateurs avait dépassé la barre des 3,3 millions à la fin de 2011. Cette augmentation de 25 % par rapport à la fin de 2010 démontre la vigueur de la demande des consommateurs pour des contenus de qualité par satellite dans les régions où la réception numérique terrestre des chaînes de télévision est mauvaise ou inexistante.

En Allemagne, la plate-forme HD+ a augmenté le nombre de chaînes HD, qui est passé de 10 à la fin de l’année 2011 à 14 aujourd’hui. Sky Deutschland et EntertainSat de Deutsche Telekom proposent tous deux des fonctionnalités HD+ telles qu’elles sont proposées par les décodeurs HD+. La plate- forme HD+ a continué sa forte progression au cours du trimestre. A la fin du mois de mars, plus de 2,6 millions de foyers TV recevaient les programmes HD+, dont 2,1 millions bénéficient de la période d’essai gratuite de 12 mois, et plus de 500 000 sont des abonnés payants.

Amérique du Nord :
En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires à taux de change constants a diminué de 2,4 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. La capacité satellitaire a diminué de 27 répéteurs par rapport au T1 2011, en raison des changements de capacité en bande C des satellites AMC-15 (-10), AMC-16 (-2) et AMC-6 (-12). En outre, trois répéteurs AMC-6 ont été mis au service de la région latino-américaine. Le nombre de répéteurs utilisés a baissé de 11 répéteurs par rapport au T1 de l’exercice précédent, résultant dans un taux d’utilisation de 75,9 %. Hormis l’impact des incidents rencontrés sur les satellites AMC-15 et AMC-16, le chiffre d’affaires en Amérique du Nord est demeuré relativement stable par rapport au niveau du T1 2011. Le revenu moyen par répéteur utilisé reste stable.

ITC Global a conforté la couverture de ses marchés maritimes et pétroliers dans le Golfe du Mexique grâce à une convention de renouvellement avec SES.

L’International :
Le chiffre d’affaires international a progressé de 8,6 % à taux de change constants par rapport au T1 2011. La capacité satellitaire disponible a augmenté de 83 répéteurs par rapport au T1 2011. La croissance de la capacité a été alimentée par la charge utile YahLive sur le satellite YahSat 1A (+23), QuetzSat-1 (+32), le redéploiement du satellite SES-3 à 108,2° Est (+8), ainsi que celui du satellite AMC-3 à 67° Ouest (+16), et enfin par le redéploiement d’une partie des capacités du satellite AMC-6 (+3) vers l’Amérique Latine ainsi que la reconfiguration d’une charge utile (+1). L’utilisation de la capacité a augmenté de 52 répéteurs par rapport au T1 2011, se traduisant par un taux d’utilisation global de 75,6 %. La croissance du chiffre d’affaires a principalement été tirée par les satellites QuetzSat-1, NSS-12 et AMC-4 à 67° Ouest. Le chiffre d’affaires moyen par répéteur utilisé reste stable.

En Afrique et au Moyen-Orient, un accord de capacité important a été signé avec ICCES. L’accord comprend 116 MHz de capacité en bande Ku sur le satellite SES-4 pour accompagner l’extension des services VSAT à de nouveaux marchés dans la région.

En janvier, SES et ses partenaires ont déployé avec succès le service de communication emergency.lu au Sud-Soudan. Ce service fournit une connectivité vitale pour les opérations humanitaires des Nations Unies dans ce pays. Il a été conçu pour permettre une plus grande réactivité face aux catastrophes naturelles et aux crises engendrées par l’homme. Son déploiement au Sud- Soudan soutient la coordination des efforts visant à permettre la reconstruction et le développement de cette jeune nation, qui continue de souffrir de la famine et des affrontements ethniques.

Sur le continent américain, le satellite AMC-3 a été redéployé de la position orbitale 87° Ouest pour rejoindre le satellite AMC-4 sur la position orbitale 67° Ouest. Ensemble, ces deux satellites peuvent offrir jusqu’à 28 répéteurs en bande Ku sur cette position orbitale pour soutenir de nombreuses applications dans la région. Media Networks Latin America, une division de Telefonica, a par la suite signé un accord de capacité à long terme à 67° Ouest pour étendre ses services de télévision payante en Amérique centrale et aux Caraïbes.

Le réseau brésilien Rede Novo Tempo de Comunicação a renouvelé et élargi son accord de capacité à long terme pour la diffusion vidéo et radio en Amérique latine, aux Caraïbes, en Amérique du Nord et en Europe occidentale. La programmation continuera dans un premier temps sur le satellite NSS 806, puis sera transférée sur le satellite SES-6 après son lancement début 2013.

Fin mars, le taux d’utilisation global des répéteurs du groupe était de 79,1 %, soit 1 058 des 1 337 des répéteurs commercialement disponibles.

Evolution de la flotte

Le programme d’investissement de SES se poursuivra, l’accent étant mis sur le développement des segments de marché géographiques les plus dynamiques. Il n’y a eu aucun changement dans le calendrier de lancement publié antérieurement.

En janvier 2012, AMC-16, un satellite dont les capacités ont été entièrement louées à DISH Networks, a subi une nouvelle panne des circuits des panneaux solaires. Cette défaillance a encore réduit l’apport en énergie nécessaire au fonctionnement de la charge utile, et une partie supplémentaire de celle-ci a été mise à l’arrêt. L’impact financier de cette réduction de charge utile est d’environ 5 millions d’euros sur une base annualisée, tel que décrit dans l’annonce des résultats de l’exercice publiée le 17 février 2012. AMC-16 a connu une deuxième panne des circuits au début du mois d’avril. Les évaluations initiales indiquent que ces pannes réduisent la capacité du satellite à faire fonctionner sa charge utile jusqu’à la fin de sa vie, ce qui pourrait entraîner une réduction des paiements du client. Ceci fait actuellement l’objet de négociations avec le client. Une provision de 3 millions d’euros a été établie pour constater la diminution de la valeur comptable du satellite.

Développements récents

L’Assemblée Générale des Actionnaires réunie le 5 avril a approuvé les résolutions proposées, notamment la distribution d’un dividende de 0,88 euro (brut) par action A au titre de l’exercice 2011, qui a été versé le 25 avril. L’Assemblée a également nommé deux nouveaux membres du Conseil d’Administration : Dr. Miriam Meckel, professeur de communication d’entreprise à l’Université de St Gallen, et M. Conny Kullman, ancien Président d’Intelsat.

Perspectives

Selon nos prévisions, le développement de l’activité devrait se poursuivre, en particulier sur les marchés de la télévision en Europe occidentale et pour une gamme d’applications sur les marchés émergents ciblée par les nouvelles capacités que SES est en train de lancer. Le groupe est bien positionné pour répondre à la demande dans ces régions. SES réitère ses indications prévisionnelles de croissance du chiffre d’affaires et de l’EBITDA récurrents d’environ 2 % et 1 %, respectivement, en 2012 et d’un TMVA du chiffre d’affaires et de l’EBITDA d’environ 4,5 % et 4 %, respectivement, pour la période 2012-2014, telles que ces indications prévisionnelles ont été publiées avec les résultats de l’exercice 2011 en février dernier.